AccueilPop culture

Mais comment le British Vogue a réussi à réunir 40 superstars pour sa dernière couv ?!

Mais comment le British Vogue a réussi à réunir 40 superstars pour sa dernière couv ?!

Publié le

Image :

© Steven Meisel/British Vogue

Comment fait-on poser Dua Lipa, Miley Cyrus, Laverne Cox, Naomi Campbell, Adut Akech, Gigi Hadid et Victoria Beckham dans une même photo ? Non, ce n’est pas le début d’une blague.

À peine dévoilée, la couverture de mars du British Vogue a fait trembler une partie de l’Internet : comment la publication est-elle parvenue à réunir quarante superstars internationales au même endroit, au même moment, pour une séance photo sans promotion particulière ?! La réponse tient en deux mots et un seul homme : Edward Enninful, qui tire sa révérence avec ce numéro “Legends only”. Après six ans et demi de bons et loyaux services, le rédacteur en chef fait ses adieux à l’édition britannique de Vogue avec “quarante femmes iconiques” photographiée par Steven Meisel, des éditos Vogue.

À voir aussi sur Konbini

La couverture aux millions de dollars est composée (prenez votre respiration) de Karen Elson, Irina Shayk, Laverne Cox, Anya Taylor-Joy, Serena Williams, Rina Sawayama, Karlie Kloss, Jourdan Dunn, Vittoria Ceretti, Victoria Beckham, Paloma Elsesser, Adut Akech, Adwoa Aboah, Gemma Chan, Gigi Hadid, Jodie Comer, Cindy Crawford, Precious Lee, Amber Valletta, Gugu Mbatha-Raw, Cara Delevingne, Jane Fonda, Linda Evangelista, Miley Cyrus, Iman, Selma Blair, Lila Moss, Christy Turlington, Simone Ashley, Salma Hayek Pinault, Cynthia Erivo, Oprah Winfrey, Kate Moss, Jameela Jamil, Ariana DeBose, Maya Jama, Anok Yai, Kaia Gerber, Naomi Campbell et Dua Lipa.

Sachant que l’organisation d’une séance photo avec une seule personnalité peut déjà être très complexe, on n’imagine même pas les galères qu’ont dû connaître les équipes du British Vogue pour mettre sur pied cet événement mastodonte. À travers la parution de cette 76e édition dirigée par ses soins, Edward Enninful a tenu à exprimer toute sa “gratitude” pour les six années et demie écoulées ainsi qu’à souligner le chemin parcouru : “Je me souviens encore, à mes débuts en 2017, quand on discutait de mes premiers numéros et qu’un collaborateur senior m’a dit : ‘Diversité = baisse du marché.’ J’étais choqué, évidemment, mais aussi sincèrement déconcerté. Les gens étaient-ils si […] ‘fermés d’esprit’ ?”

Pour Edward Enninful, “l’impact le plus important qu’on peut avoir en tant que rédacteur chez Vogue, c’est de changer les choses”. C’est justement pour sa volonté constante de “changer les choses” qu’Edward Enninful a marqué l’histoire de Vogue et sans doute pour cela que quarante grands noms de la mode se sont réunis en son honneur : “Quand l’idée de la couverture a été émise, on n’avait qu’une seule question à la bouche : est-ce que quarante des femmes les plus occupées et bénies de la planète allaient pouvoir se réunir dans un studio de Manhattan un jour de décembre, pour prendre une photo ensemble ? Spoiler : elles sont venues. Depuis Londres, New York, Paris, Milan et Los Angeles, elles sont apparues comme dans un rêve. Parce que qui d’autre qu’Edward pouvait réunir quarante des plus grands talents de la mode et de Hollywood dans un geste d’unité ?”, écrit le British Vogue sur Instagram.

Beyoncé, Rihanna et une multitude de jolis coups

Ainsi rassemblées, les quarante célébrités rendent hommage au passionné de mode qui a toujours affirmé sa volonté de “faire un magazine inclusif qui montrait toutes les femmes : des femmes de toutes les origines, de toutes les religions, de tous les âges”. L’enfant prodige est né et a grandi au Ghana avant de déménager avec sa famille à Londres, où il est devenu mannequin après s’être fait repérer dans le métro. La majorité à peine atteinte, il est arrivé à la tête de la rubrique mode d’i-D, devenant la personne la plus jeune à assumer une telle position.

C’est en 2017, après vingt ans chez i-D, qu’Edward Eninful est devenu rédacteur en chef du British Vogue, rappelant volontiers son identité de “réfugié noir, gay, issu de la classe ouvrière” afin d’encourager les personnes qui pensent ne pas avoir leur place dans certains milieux à rêver grand et à “ne jamais accepter de ‘non’ comme réponse”. Le rédacteur en chef a remué le monde parfois étriqué de la presse mode occidentale en présentant la mannequin Halima Aden portant le foulard en couverture ; en faisant poser neuf femmes noires originaires du continent africain pour la première fois en couverture de Vogue ; en faisant confiance à Kennedi Carter, 21 ans, pour photographier Beyoncé ; en faisant poser Rihanna avec un durag ; et des seniors en couverture.

Et c’est ainsi qu’Edward Enninful quitte officiellement le bateau du British Vogue pour rejoindre le navire Condé Nast, où il officiera désormais en tant que consultant éditorial au global. Tandis que certaines voix se sont demandé si ce changement de poste représentait une promotion ou une mise au placard, le principal concerné a toujours affirmé sa joie de pouvoir “jouer un rôle plus important à l’échelle globale”. Ce dernier n’est semble-t-il pas remplacé par un·e rédacteur·rice en chef mais par un·e “responsable du contenu éditorial du British Vogue qui agira sous la houlette d’Anna Wintour – comme c’est déjà le cas chez les éditions française, chinoise, italienne, allemande et espagnole et alors que l’équipe de Pitchfork vient de se faire limoger par la célèbre rédactrice en chef – qui n’aurait pas enlevé ses lunettes en leur annonçant la nouvelle : fun !