AccueilPop culture

La liste de cadeaux pour juste chialer un bon coup sous le sapin

TW.

La liste de cadeaux pour juste chialer un bon coup sous le sapin

Image :

© E! ; © Getty Images ; © Gallimard ; © P.O.L ; © Éditions des femmes–Antoinette Fouque

avatar

Par Donnia Ghezlane-Lala

Publié le

Cette liste est un immense TRIGGER WARNING.

“La liste de cadeaux à moins de 20 balles”, “La liste de cadeaux pour votre beau-frère fan de hockey sur gazon” ? Cette année encore, la rédaction de Konbini a décidé de plutôt choisir les cadeaux qu’elle aimerait recevoir. Parce qu’on est toutes et tous un peu différent·e·s et surtout parce qu’on n’a pas réussi à se mettre d’accord.

À voir aussi sur Konbini

Noël, c’est fait pour s’embrouiller à table quand votre oncle aborde le “fléau du wokisme“, mais c’est aussi fait pour chialer sur votre dinde halal, selon moi. Si toute l’année, j’écris sur l’art (et étrangement, sur le sport aussi), j’aime aussi aller au cinéma, casser régulièrement mon PEL pour des soins skincare, photographier les chiens dans la rue et lire des livres. Et j’aime beaucoup pleurer. Alors si vous retrouvez quelqu’un de votre entourage dans ces hobbies, j’ai compilé une petite liste de Noël parfaite pour votre cousine qui n’attend que ça, de finir en position fœtale sous le sapin après avoir ouvert ses cadeaux.

Une place pour aller voir Past Lives au cinéma

Ce film, que j’ai eu la chance de voir en avant-première, m’a touchée à un endroit où je ne l’attendais pas. Réalisé par Celine Song, Past Lives raconte les retrouvailles d’amis d’enfance, Nora et Hae Sung, qui s’aimaient et ont dû se dire au revoir beaucoup trop tôt. La famille de Nora a décidé de quitter la Corée du Sud pour s’installer aux États-Unis : leur amitié a donc été mise sur pause pendant deux décennies. C’est peut-être son côté un peu mumblecore et sa photographie qui m’ont eue. Ou cette scène dans laquelle son mari américain lui explique qu’elle rêve dans sa langue natale. Ou ce plan de fin où les deux ami·e·s se regardent longuement dans la nuit new-yorkaise. Ou peut-être l’instant où elle s’écroule dans les bras de son époux. 

Le film sort le 13 décembre en salle, entre 7 et 14,90 euros, selon les salles et les villes.

Triste tigre, de Neige Sinno

Prix Femina et prix Goncourt des lycéen·ne·s, Triste tigre a marqué la rentrée littéraire. Seule femme finaliste pour le prix Goncourt 2023, Neige Sinno n’a pas remporté la prestigieuse (et poussiéreuse) récompense qui l’attendait. Mais pour nous, Triste tigre a gagné tous les prix Goncourt du monde et du cœur. Neige Sinno a été violée par son beau-père de ses 7 à ses 14 ans. Ce récit nécessaire, publié aux éditions P.O.L, revient sur l’inceste dont a été victime l’autrice, sur la famille bohème dans laquelle elle a grandi, sur ce qu’elle appelle “sa petite bombe”. Larmes assurées.

Vous pouvez vous le procurer sur le site des éditions P.O.L, ou chez votre libraire, pour 20 euros.

Une entrée pour l’exposition “À toi de faire, ma mignonne”, de Sophie Calle, au musée Picasso

Pour son exposition “À toi de faire, ma mignonne”, l’artiste Sophie Calle a mis les œuvres de Picasso au sous-sol pour investir son musée. Elle y parle de disparition, de ses projets inachevés, abandonnés ou inaboutis, des personnes malvoyant·e·s, mais surtout de la mort de ses parents et de sa propre peur de mourir. Direction le deuxième étage du musée pour découvrir cette dernière partie bouleversante. Attention, émotions.

© Sophie Calle/ADAGP, Paris 2023

L’exposition court jusqu’au 7 janvier 2024. L’entrée est de 14 euros (au tarif plein) ou de 11 euros (au tarif réduit).

Les Conditions idéales, de Mokhtar Amoudi

Dans son premier roman publié aux éditions Gallimard, Mokhtar Amoudi raconte l’histoire de Skander, un garçon placé à l’Aide sociale à l’enfance, ballotté de famille d’accueil en famille d’accueil, jusqu’à ce qu’il atterrisse chez Madame Khadija. L’auteur passe du tragique au comique avec une facilité déconcertante, pour s’attaquer à des sujets douloureux comme les conditions de vie des enfants abandonnés, les violences intrafamiliales, le racisme, le classisme, la rue, le décrochage scolaire et la responsabilité de l’État sur l’éducation de ses enfants. Brillant et passionné de lecture, Skander glisse progressivement dans un monde violent et tentera comme il pourra de se sortir de cette merde. 

Vous pouvez vous le procurer sur le site de Gallimard, ou chez votre libraire, pour 21 euros.

Un petit nettoyage dermatologique chez Epilium & Skin

Chez Epilium & Skin, les Hydrafacials, elles connaissent, mais récemment, j’ai testé (à mes frais) un soin qui a davantage conquis ma peau grasse et acnéique : le nettoyage dermatologique. Demandez Corinne car elle dégaine l’acide glycolique et les lumières LED comme personne. Elle saura manier ses aiguilles comme un samouraï pour extraire vos microkystes et points blancs, avec beaucoup, beaucoup de précision et… satisfaction. Ne prévoyez pas de vous marier le soir même car vous allez expérimenter quelques rougeurs qui disparaissent en quelques heures : il ne faudrait pas gâcher ce jour béni des dieux. Je n’ai pas chialé, contrairement aux autres nettoyages dermatologiques que j’ai testés en cabinet.

Epilium & Skin, 7-9 rue Tronchet, Paris 8. Comptez 220 euros pour le nettoyage dermatologique (1 h 15), qui comprend l’application de peelings adaptés à votre peau, l’extraction de comédons, un masque à l’acide hyaluronique, et un passage sous les LED. La maison fait des cartes cadeaux et des packs de séance à prix préférentiels.

Mon secret, de Niki de Saint Phalle

Alors qu’elle avait disparu de la circulation, les éditions des femmes–Antoinette Fouque et Le Rayon Blanc ont réédité en grand format la déchirante lettre de Niki de Saint Phalle. Dans Mon secret, l’artiste écrit une lettre à sa fille pour lui confier l’inceste dont elle a été victime dès ses 11 ans. Avec une graphie d’enfant, elle brise l’omerta familiale, cinquante ans après les faits reprochés à son père. “J’ai écrit ce livre d’abord pour moi-même, pour tenter de me délivrer enfin de ce drame qui a joué un rôle si déterminant dans ma vie. Je suis une rescapée de la mort, j’avais besoin de laisser la petite fille en moi parler enfin. Mon texte est le cri désespéré de la petite fille”, écrit-elle. C’est une œuvre bouleversante, à l’image de tous les travaux intimes de Saint Phalle. Vous allez chialer, c’est certain. 

Couverture de Mon secret, de Niki de Saint Phalle, aux éditions des femmes–Antoinette Fouque

Vous pouvez vous le procurer sur le site des éditions des femmes–Antoinette Fouque, pour 28 euros.

Un été chez Jida, de Lolita Sene

Après son touchant récit C., la face noire de la blanche, sur l’addiction à la cocaïne, Lolita Sene renoue avec ses origines kabyles pour son premier roman intitulé Un été de Jida, qui paraîtra aux éditions du Cherche Midi le 11 janvier prochain. L’autrice (et vigneronne) aborde des secrets familiaux au travers du personnage d’Esther, une enfant qui passe ses vacances chez sa grand-mère Jida, ayant émigré d’Algérie en France. Derrière la porte de la maison de Jida, c’est toute la culture algérienne qui se raconte, tout son mal du pays et toute l’histoire de son exil, sur fond de guerre d’Algérie. Car la famille d’Esther est une famille de harkis et la petite fille lutte pour se réapproprier son identité, surtout quand les mœurs ne changent pas et que la matriarche protège le fils qui fait tant de mal à la petite. Des poussières dans l’œil sont à prévoir. 

Vous pouvez vous le procurer en précommande ici, ou chez votre libraire à partir du 11 janvier 2024.

Adopter un Cavalier King Charles abandonné

Depuis que je suis tombée amoureuse d’un petit Cavalier King Charles nommé Sangoku, qui vit rue de Sambre-et-Meuse à Paris, je suis persuadée que ces chiens à la belle chevelure bouclée m’aiment bien en retour. Sauvez un chien : à Noël, adoptez dans un refuge – après avoir bien mûri votre décision. Que ce soit un Cavalier King Charles, ou un autre tendre canin – on ne vous oublie pas, les Amstaffs, vous êtes aussi adorables. Ça me donne envie de chialer, rien que d’écrire ces lignes. 

Direction la SPA, ou le refuge le plus proche.

Le DVD du documentaire Pour Sama, de Waad al-Kateab et Edward Watts

Réalisé par Waad al-Kateab et Edward Watts, Pour Sama est un documentaire dont vous ne ressortirez pas indemnes. Je me souviens encore de ma séance au premier rang d’une salle du UGC Les Halles, loin d’imaginer à quel point les images et l’histoire racontée allaient me frapper en pleine face. Prix du meilleur documentaire au Festival de Cannes 2019, le film vous fait vivre de l’intérieur la guerre de Syrie, le quotidien du peuple syrien résilient, à travers le récit intime de Waad al-Kateab, une jeune mère et étudiante d’Alep, venant de mettre au monde sous les bombardements la petite Sama. Vous chialerez pendant deux heures.

Vous pouvez vous le procurer chez Potemkine, pour 19,90 euros.