AccueilPop culture

Emma Watson raconte ce qui a inspiré son engagement féministe

Emma Watson raconte ce qui a inspiré son engagement féministe

avatar

Par Charles Carrot

Publié le

Une prédominance masculine dans tous les secteurs où elle évolue

À voir aussi sur Konbini

En particulier, les deux femmes déplorent qu’on ne remarque pas davantage la faible présence de femmes dans de très nombreux milieux et corps de métier. Selon elles, les femmes sont mal représentées, mais même elles le remarquent assez peu et c’est pour cela que des études précises et chiffrées sont nécessaires. Comme l’explique Emma Watson :

“C’est assez curieux quand je jette un œil à ma vie : il y avait environ un tiers de filles pour deux tiers de garçons dans mon école primaire. Donc, j’ai commencé ma vie avec ce ratio [qui ne l’étonnait donc pas outre mesure, ndlr]. J’ai deux frères. Et quand j’ai fait Harry Potter, le ratio était similaire, au maximum un tiers de femmes et deux tiers d’hommes [sur les tournages].
Après avoir consulté vos recherches, j’ai pu constater des choses comme le fait qu’il n’y a que 21 % de femmes dans le total des réalisateurs et que seuls 31 % des rôles parlants dans les films grand public sont joués par des femmes – on commence à la voir partout, l’absence d’égalité hommes-femmes à Hollywood.”

C’est cette prédominance masculine dans tous les secteurs où elle évolue qui a interpelé Emma Watson, pour devenir un des facteurs de son engagement féministe. Geena Davis et elle discutent ensuite du fait que le cinéma pourrait très bien montrer plus de femmes dans des rôles positifs du jour au lendemain.

“Avoir 50 % de femmes au Congrès, avoir une présidente des États-Unis… Tout cela prend du temps […]. Mais on peut avoir moitié de membres femmes au conseil d’une entreprise, ou de femmes PDG, du jour au lendemain, dans le prochain film de quelqu’un.” –  Geena Davis pour Interview.

On est d’accord avec Geena. Mais vu l’accueil glacial réservé à la bande-annonce du prochain SOS Fantômes, dont tous les personnages principaux sont des femmes, il y a peut-être encore du boulot à faire.