AccueilPop culture

Cannes, jour 4 : j’ai pris une grosse claque ciné, j’ai infiltré une teuf pakistanaise iconique mais j’ai raté Dua Lipa

YES I CANNES

Cannes, jour 4 : j’ai pris une grosse claque ciné, j’ai infiltré une teuf pakistanaise iconique mais j’ai raté Dua Lipa

Publié le , modifié le

Image :

© Youtube

Heureusement, il y avait Flavien Berger en concert au bord de la mer pour apaiser mon cœur.

Dans le classement des trucs cool de la vie, être envoyé à Cannes pendant son stage est plutôt bien haut dans la liste. Pour une raison qui m’échappe encore, je suis l’heureux élu. Entre syndrome de l’imposteur, incrustes, rencontres et mon quotidien de pique-assiette, je vous raconte tous les jours ma vie et mes galères sur la côte cinéphile la plus hype de France : le Festival de Cannes.

À voir aussi sur Konbini

How to Have Sex m’a a-che-vé

Bon, c’est pas tout à fait la carte postale que j’imaginais : les jours de pluie s’enchaînent à Cannes et les balades entre l’appart’ et le festival ne sont qu’un lointain souvenir. Le seul avantage : plus besoin d’autant soigner sa tenue sachant que la météo nous changera tout de même en une petite meute de chiens mouillés enfilés devant les salles de projection, victimes des retards accumulés cette année. J’enfile une veste, une casquette et les plus confortables de mes chaussures inconfortables pour mes vingt minutes de calvaire sous la pluie.

Je commence par un délicieux retour au pays, c’est-à-dire en Belgique : Il pleut dans la maison de la réalisatrice Paloma Sermon-Daï m’a offert une plongée naturaliste et plus vraie que nature dans l’été d’une fratrie belge à l’accent charnu, et c’est tout ce qu’il me fallait pour démarrer la journée. Je file à ma deuxième projection et, sur le chemin, je croise la CGT en manif devant le Carlton. Le Cannes que j’aime.

Chargement du twitt...

J’arrive à la projection de How to Have Sex, premier film de la réalisatrice britannique Molly Manning Walker, qu’on m’avait bien teasé et qui m’a littéralement bouleversé. Je ne vous en parlerai certainement pas aussi bien que mon collègue Arthur Cios, mais il me tarde que le film sorte et que le grand public se frotte à ce traitement si subtil et intelligent de thématiques aussi complexes que celles du consentement et du viol. Je ressors de la séance lessivé, retourné, et je m’en vais manger solo pour bien digérer la pépite que je viens de déguster. Coup de cœur, énorme claque.

Chargement du twitt...

Oh oui, Flavien Berger

Une des plages de la Croisette, la 3.14, occupée par les équipes de Nomade, accueille des concerts chaque début de soirée. Et l’invité du jour n’est nul autre que le grand et farfelu Flavien Berger, que j’aime de tout mon cœur. Pour l’avoir vu dans de multiples situations, c’était une vraie joie de rajouter ce cadre balnéaire et cannois à la liste de mes rencontres avec la musique toujours si envoûtante de Flavien.

Une mise en jambes idéale pour cette soirée que j’avais souhaitée calme et courte et qui n’a absolument pas été calme et courte.

Chargement du twitt...

Miser sur les bons afters

On se fait un petit restaurant italien en équipe, et pas des moindres : l’adresse est certainement l’endroit le plus kitsch que j’ai jamais vu – et j’adore ça. Les cartes sont en fait de mini-iPad surprises et on nous sert nos pâtes aux fruits de mer dans des cygnes en aluminium – pour le déchet inutile, on repassera, mais au moins, ça a de la gueule. Enfin je crois ?

Chargement du twitt...

Si mes projets de base étaient de filer à l’appartement après le souper histoire de récupérer quelques points de vie, je me suis clairement mis le doigt dans l’œil. On nous propose rapidement des entrées pour deux afterparties le soir même, dont celle de notre coup de cœur How to Have Sex. Ah oui, parce que chaque soir, en plus des innombrables afterparties organisées dans tel ou tel hôtel luxueux, chaque film projeté dans la journée organise une teuf en équipe et convie tous types de gens souvent bien habillés. Et ceux qui sont mal habillés sont souvent les plus importants, ou en tout cas les plus riches.

Sans véritable résistance, je succombe facilement à l’appel de la fête, surtout si celle-ci comporte la troupe d’acteurs qui m’a renversé le cœur quelques heures plus tôt. Mais avant, on fait une halte à la soirée du film pakistanais In Flames, et quelle soirée, mesdames et messieurs ! Qu’on se le dise : le Pakistan sait faire la fête, et il n’aura fallu que quelques secondes au morceau “Sadi Gali” pour devenir notre nouveau tube de l’année.

Chargement du twitt...

1 heure du matin, l’open bar de la soirée pakistanaise est vidé, la soirée touche à sa fin. Voilà une invitation bien rentabilisée. On file à la seconde afterparty, celle de How to Have Sex, dont les open bars sont, eux, toujours bien remplis et dont les baffles bombardent une playlist i-co-nique qui passe du Rosalía au Central Cee, en passant par Earth, Wind and Fire, dans des remix qui ensorcellent notre bassin.

Le cast du film est là, et de délicieux accents British colorent la soirée. La teuf a des allures de success story pour l’équipe de How to Have Sex, qui célèbre ici une première projection largement acclamée par la critique et qui ne leur annonce que du bon pour la suite. On trinque en leur honneur – mais aussi parce que c’est gratuit.

Chargement du twitt...

C’est officiel : Dua Lipa pose ses bagages à Cannes

Oh. my. God. Sur le chemin du retour, la nouvelle tombe : Dua Lipa est arrivée. Si sa venue n’était pas vraiment si secrète (elle vient présenter sa toute première collection de vêtements pour Versace sur la Croisette), on ne s’attendait pas à la voir monter les marches pour le film français d’Elias Belkeddar Omar la fraise. C’est la première sortie “officielle” pour notre queen et son boyfriend, le réalisateur français Romain Gavras, et on ne peut que s’en réjouir.

Si notre cœur est meurtri de ne pas l’avoir croisée à l’une des deux afterparties (oh comme il aurait été bon de la voir balancer de l’épaule sur de la musique pakistanaise), on ne désespère pas et on s’apprête à mettre les bouchées doubles pour finir au bon endroit au bon moment pour les soirs qui arrivent et enfin respirer le même air qu’elle. On y croit.

Chargement du twitt...