AccueilLifestyle

Mais qui est Kristin Juszczyk, créatrice de la veste virale de NFL de Taylor Swift (et pourquoi elle irrite les modeuses) ?

Hot tea

Mais qui est Kristin Juszczyk, créatrice de la veste virale de NFL de Taylor Swift (et pourquoi elle irrite les modeuses) ?

Image :

© Lachlan Cunningham / Getty Images via AFP

avatar

Par Coumbis Hope Lowie

Publié le , modifié le

Asseyez-vous, je vous raconte les derniers potins mode de X/Twitter.

À voir aussi sur Konbini

Son nom ne vous dit peut-être rien, surtout si vous ne suivez pas la NFL ou ce qu’il se passe sur la partie anglophone du X/Twitter mode, mais Kristin Juszczyk est la nouvelle chouchoute de toute une partie de l’Amérique, celle qui est fan de football (et on ne parle pas de soccer), de gradins bruyants et de popcorn hors de prix. On vous explique pourquoi.

Mi-janvier, Taylor Swift arrive au stade pour soutenir son boyfriend Travis Kelce avec une puffer jacket customisée aux couleurs de son équipe, les Chiefs de Kansas City. En un claquement de doigts, la veste devient virale, tout comme la personne qui l’a confectionnée, Kristin Juszczyk.

Kristin Juszczyk est la femme du footballeur américain Kyle Juszczyk des 49ers de San Francisco. Quand, en 2017, son mari doit s’installer à l’autre bout du pays pour intégrer sa nouvelle équipe, Kristin décide de le suivre, d’abandonner sa carrière d’agent immobilier et de se lancer dans la création de vêtements. Après avoir lancé une marque un peu mainstream et banale, elle change de cap et se spécialise dans la customisation du sport merch.

Elle concocte des tenues de jours de match pour les femmes et copines des athlètes de football américain. Ça marche assez bien mais c’est quand même assez niche, jusqu’à ce que l’effet et l’aura Taylor Swift la propulse au-devant de la scène et lui ouvre les portes d’un deal avec la National Football League : une licence pour pouvoir utiliser les marques et les modèles féminins et masculins de la NFL. You go girl!

Jusqu’ici tout va bien ! On aime voir une femme réussir, surtout dans l’entrepreneuriat et dans sa passion. Sauf que Kristin Juszczyk est de plus en plus érigée – malgré elle – en pionnière de la customisation du sport merch alors que cette tendance et cette façon de détourner les habits de sport existe dans la communauté africaine-américaine depuis belle lurette. Et on ne compte plus le nombre de chanteuses et actrices noires qui ont fait de la robe jersey l’une des pièces phares de la garde-robe Y2K.

C’est le tweet d’une certaine Mariah Rose – dans lequel elle remercie Kristin Juszczyk de prouver que les habits de sport féminins ne doivent pas nécessairement être hideux – qui a un peu mis le feu aux poudres.

Chargement du twitt...

Plusieurs internautes et experts mode trouvent cette remarque très indélicate, voire outrageante :

“Remercier une femme blanche pour quelque chose que les femmes noires ont lancé ? Encore une fois, rien de nouveau dans les communautés noire et brune.”

Chargement du twitt...

Parce que oui, c’est effectivement là que le bât blesse. Les femmes racisées ne devraient plus avoir à rappeler leur importance et leur apport primordial aux tendances actuelles et passées, que ça soit en matière de coiffure, de maquillage, de crayon à lèvres, de manucure… Ça suffit !

Chargement du twitt...

Le but ici n’est pas de ternir les accomplissements et le talent de Kristin Juszczyk, mais il est important de rappeler que la mode est cyclique et que ce qu’on fait aujourd’hui a déjà été fait par d’autres hier.

Trop souvent l’aesthetic des femmes racisées est copié sans le moindre hommage ou reconnaissance et parfois après avoir été jugé “ghetto” et sans classe. Ça vaut pour les longs ongles, les mains remplies de bagues, les lèvres glossy entourées de crayon noir, les diamants sur les dents… L’expression “Ghetto until proven fashionable” symbolise un peu ce ras-le-bol et pointe du doigt ce mépris de classe.

Donc bavons à raison devant les pièces de Kristin Juszczyk mais n’oublions pas qu’avant elle, il y avait les Destiny’s Child, Mariah Carey, Mya, les 3LW… et aussi les rappeurs comme Fabolous ou Jay-Z et son amour pour les jerseys des Nets.