AccueilPop culture

Où sont passés les girls bands ?

Publié le

par Yasmine Mady

Peut-on s’attendre à une renaissance mainstream des groupes féminins ?

Où sont passés les girls bands ?

Si les premiers girls bands populaires remontent aux années 1950, c’est dans les années 1990 à 2010 qu’elles connaîtront une percée internationale que l’on peut même qualifier de révolutionnaire. Elles étaient partout, incontournables et iconiques. Souvent synonymes d’émancipation, de pouvoir, de féminisme et de réappropriation de son corps, tout le monde voulait leur ressembler.

Aux États-Unis, après plusieurs changements de casting entre 1990 et 2000, les légendaires Destiny’s Child cartonnent avec des hits désormais intemporels, de “Say My Name” à “No, No, No” en passant par “Bills, Bills, Bills”, “Survivor” et beaucoup d’autres. Chaque hit, chaque clip et chaque look des Destiny’s Child étaient un véritable changement culturel dont on se souvient comme si c’était hier. Malgré la fin du groupe, la sororité et l’amitié qui subsiste toujours entre Beyoncé, Kelly et Michelle fait plaisir à voir. Car non ! Les groupes féminins ne se séparent pas toujours dans des crêpages de chignons et des drames.

Impossible de parler de girls bands Made in USA sans mentionner les TLC, leurs looks futuristes incroyables et leurs 65 millions d’albums vendus. On se souvient de “Waterfalls” ou de “Creep” sur l’album CrazySexyCool mais surtout de “No Scrubs”, l’hymne des meufs chics qui ne veulent plus de mecs médiocres. Le décès de Left Eye (le ‘L’ de TLC) en 2002 aura ému le monde entier.

À voir aussi sur Konbini

On pense aussi aux 3LW, En Vogue, Pussy Cat Dolls, petit clin d’œil également aux Cheetah Girls, les reines de Disney, et la liste est encore bien longue…

Des groupes créés à la télé

Les groupes de musique, qu’ils soient féminins ou masculins, étaient tellement incontournables que les émissions télévisées s’affolaient pour pouvoir en créer. L’émission Making the Band (littéralement : “Créer le groupe” en français) a par ailleurs révélé les Danity Kane, un groupe 100 % féminin formé par P. Diddy en 2009. Après deux disques de platines, on a vu le groupe se séparer suite à de nombreux conflits.

Quelques années plus tard, en 2012, l’émission X Factor USA fera naître les Fifth Harmony qui connaîtront une success story internationale jusqu’à leur séparation en 2018. Rien que sur YouTube, des titres comme “Worth it” ou “Work From Home” comptabilisent des milliards de vues. Aujourd’hui, on peut observer les carrières solos de Camila Cabello ou encore de Normani, qui a cassé internet en 2021 avec son titre “Wild Side”, en featuring avec Cardi B.

De l’autre côté de l’Atlantique, au Royaume-Uni, dans les années 1990, c’est la Spice Girls mania ! Formées en 1994, Scary Spice, Sporty Spice, Baby Spice, Ginger Spice et Posh Spice secouaient les charts, remplissaient les stades et vendaient des millions et des millions de disques, le tout avec un slogan émancipateur et féministe : girl power !

Le girl power à l’anglaise

Les filles épicées (oui, j’ai osé) ont vendu 100 millions de disques à l’international. C’est le girls band le plus vendeur de l’histoire et l’un des plus grands succès de la pop britannique à ce jour depuis les Beatles. Leur hit “Wannabe” a placé le premier album des Spice Girls numéro 1 dans 37 pays et le projet s’est écoulé à plus de 31 millions d’exemplaires dans le monde.

Leur impact a laissé un fort héritage dans la pop culture anglaise et ouvert la voie à de nombreux groupes : des Atomic Kitten, formées en 1998, aux Sugababes formées à la même année, en passant par les Little Mix, nées de la version UK de X Factor, en 2012.

Quelques groupes féminins français ont également eu leur petite heure de gloire. On se souvient bien sûr des L5 qui ont remporté la première saison de Popstars en 2001. Elles ont formé un groupe complet jusqu’en 2007. Leur premier single Toutes les femmes de ta vie, disque de diamant, s’est vendu à 1,6 million d’exemplaires.

En 2016, trois membres historiques des L5, Marjorie, Coralie et Alexandra, tenteront même de faire revivre le groupe avec de deux nouvelles membres, Adeline et Julie. Le succès ne sera pas immense.

N’oublions pas Les Déesses, groupe emblématique qui s’est fait connaître grâce à son titre “On a changé” en 2007, avec des sonorités qui se rapprochent du zouk. Le morceau “Saveurs exotiques”, issu de leur premier album, était arrivé à la 9e place des meilleures ventes de singles en France.

Mais à partir des années 2010s, l’aura des girls bands semble dégringoler dans le monde entier. Les carrières solos se lancent, les groupes se séparent ou ne semblent plus mouvoir le public comme avant.

La K-pop fait perdurer le concept des girls bands

C’est en Asie et plus spécifiquement en Corée du Sud que les groupes féminins semblent trouver un nouvel élan international avec la K-pop : Red Velvet, Blackpink, Twice ou encore Evergloo… Ces groupes cartonnent, enchaînent les hits, les clips et les chorégraphies toujours plus spectaculaires reprises par leur fanbase dans le monde entier.

En parallèle, en Occident, on semble plutôt vivre dans la nostalgie des groupes d’antan, on espère des reformations, des retours, des tournées, des nouveaux albums… On est parcourus de frissons quand on voit les Destiny’s Child partager la même scène en invitées surprise lors du Coachella de Beyoncé en 2018. Mais en réalité, il y a très peu de nouveautés côté girls band.

On surveille tout de même l’ascension du groupe anglais Flo composé de Renée, Stella et Jorja, toutes entre 19 et 20 ans. Elles parviennent doucement à se faire une petite place dans la scène pop R’n’B et à se bâtir une communauté sur les réseaux sociaux.

En attendant la renaissance des girls bands, quel groupe mythique féminin vous aimeriez voir revenir, vous ?