En Finlande, étudier le heavy metal, c'est possible

L'université de Helsinki lance une formation intitulée "la musique heavy metal dans l'Histoire et la société contemporaines". Les "metal studies", bientôt une réalité ?

Twisted Sister aime l'école

Le groupe Twisted Sister, un sujet d'étude à lui tout seul

Connaissez-vous les "metal studies" ? Ces programmes universitaires sont des formations dispensées autour du heavy metal, abordé comme un champ d'études au même titre que n'importe quelle culture. Alors que les "hip-hop studies" font de plus en plus parler d'elles outre-Atlantique, c'est à l'université d'Helsinki, dans la froide Finlande, qu'on dispensera cet été une formation de trois semaines – équivalente à 5 ECTS en cas de réussite – autour de la musique de Satan.

Publicité

C'est Paolo Ribaldini, chercheur à la faculté de la capitale finlandaise (et participant à l'émission The Voice en Finlande, certes...), qui fournira l'enseignement d'un cours intitulé "Heavy Metal Music in Contemporary History and Society" (ou bien "la musique heavy metal dans l'Histoire et la société contemporaines"). Découvrez sa plaquette ici.

Ci-dessous, celui qui veut faire rentrer l'étude de la musique et de la sous-culture heavy metal dans l'enseignement académique présente brièvement son cours dans une vidéo hébergée sur la chaîne YouTube de l'université. Attention, ça décoiffe :

Publicité

Du 4 au 20 août (et pour 640 euros), vous pourrez assister à ce cours, qui est décrit comme "aussi multidisciplinaire que possible", une connaissance théorique de la musique étant un plus – mais le contraire n'est pas rédhibitoire. Idéalement, les candidats à cette formation seraient issus d'études de "pratique musicale, musicologie, sciences sociales, Histoire, sémiotique, études culturelles, anthropologie, philosophie, psychologie, langues, "gender studies" et pédagogie".

Bref, c'est assez ouvert et le cours promet d'aborder le metal de manière un peu plus sérieuse que tonton Roger quand il vous serine avec ses histoires de biture sur le parking avant le concert de Motörhead en 1979. Eh oui : en près de cinquante ans (déjà !), le metal a bien grandi.

Car la dernière fois qu'on entendait des universitaires s'emparer du metal chez Konbini, c'était pour dénoncer les prétendus "dangers" du headbanging, jusqu'ici assez peu probables, en fait. Mais la Finlande est une nation où le metal pèse, d'où une légitimation de l'ouverture d'un tel cursus dans les halls de la sacro-sainte université.

Publicité

Les mêmes questionnements que le hip-hop

Malgré cela, l'ouverture de telles études pose en soi les mêmes questions que se posent certains sur les "hip-hop studies" : dans un article datant d'un an sur un documentaire au sujet de ces cours qui ont fleuri dans les universités américaines, mon confrère avait relayé la voix de plusieurs experts du monde du hip-hop, inquiétés de voir leur passion étudiée, synthétisée, appréhendée et disséquée par des étudiants qui n'ont rien à voir avec le monde du hip-hop :

Tu ne peux pas aller à l’université et te définir ensuite hip-hop [...] Pour se dire hip-hop, tu ferais mieux d’être un B-Boy, un MC, un graffeur, un DJ ou un beatboxer… Comment peux-tu analyser quelque chose que tu ne pratiques pas ?

Oui, on parle bien de rap. Mais en changeant seulement quelques mots, cette déclaration pourrait sortir de la bouche de pas mal de musiciens metal à qui on ne la fait plus. Les deux genres, rap et metal, se sont développés en milieu urbain, grâce à des adolescents issus du milieu populaire : ils ont plus de choses en commun qu'il n'y paraît (et ils en ont même parfois profité).

Publicité

Naissance des metal studies

En France, les "metal studies", même si elles n'en sont encore qu'à leurs balbutiements, sont portées notamment par Gérôme Guibert, docteur en sociologie, maître de conférences à la Sorbonne Nouvelle et directeur de la revue Volume !. Lui date la naissance des "metal studies" à l'année 2008. Dans une présentation du dossier "metal studies", il explique l'intérêt de ce champ d'études :

Centrer la focale sur le metal, plutôt que se situer à des niveaux plus larges tels que le rock ou les musiques populaires permet de prendre à bras le corps la question de ce genre dans différents contextes spatio-temporels dans lesquels il se déploie et s’est déployé par le passé. Les thématiques offertes par la littérature récente sur le metal peuvent être ainsi rassemblées autour de questions récurrentes.

La première concerne l’unité et la diversité de la culture metal dans le monde, particulièrement les rapports entre pays "occidentaux" et "reste du monde" et les particularités locales des scènes metal et les manières de l’envisager selon son origine.

La seconde concerne le rapport du metal avec d’autres genres musicaux. Ainsi le rap et le metal souvent décriés de concert, comme l’avait montré Bryson (1996). Les deux genres sont également associés comme musiques combattives, violentes ou d’empowerment ou encore pour leurs rapports ambigus avec le commerce (Wilson 2008) bien qu’ils ne partagent pas grand-chose ni en termes de valeurs ou de représentations du monde, ni en termes de public.

Mais aussi le rapport du metal avec le punk, les musiques savantes, le blues, les croyances religieuses, la spiritualité, l'occultisme et les "rapports genrés" dans le metal. Comme quoi, le metal comme sujet d'études, ce n'est pas aussi farfelu que prévu.

Par Théo Chapuis, publié le 13/04/2015

Copié

Pour vous :