Petite annonce : un syndicat de police cherche une star pour attirer l’attention de Macron

Petite annonce : un syndicat de police cherche une star pour attirer l’attention de Macron

photo de profil

Par Théo Mercadier

Publié le

Il paraît qu’il faut être Bono ou Rihanna pour obtenir une audience avec le roi de l’Olympe.

À voir aussi sur Konbini

Mais c’est qu’on se tape des barres dans la police ! Le syndicat policier Vigi a décidé de sortir l’artillerie lourde pour attirer l’attention d’Emmanuel Macron. Ah pardon, de “Jupiter”. Dans une “petite annonce” pleine d’humour potache, Vigi lance un appel au secours plus ou moins sérieux : “nous recherchons une star du showbiz, pour pouvoir sensibiliser Emmanuel Macron à la sécurité de la population”. Et comme toute petite annonce qui se respecte, le texte est accompagné d’un contact à appeler, pour ceux qui colleraient à la description “star du showbiz”.

L’annonce est un joli pied de nez adressé à notre nouveau président de la République, qui rencontrait lundi Bono (le chanteur de U2) pour parler maladies et pauvreté, et bientôt Rihanna pour évoquer les problèmes d’éducation. Après la présidence normale de François Hollande, voilà qu’Emmanuel Macron semble renouer avec le pouvoir jet-set si cher à Nicolas Sarkozy. Ce que n’a pas manqué de remarquer le syndicat de police : “Nous ne savions pas que pour évoquer un sujet avec monsieur le président, il fallait avoir comme porte-parole une personne du showbiz”.

Bingo

Et le meilleur, c’est que ça a marché ! Partagé en masse sur les réseaux sociaux, le message s’est apparemment retrouvé sur le smartphone de célébrités. Contacté par 20Minutes, le secrétaire général du syndicat Alexandre Langlois assure qu’il a reçu certaines propositions : “On va les rencontrer cette semaine, voir comment on peut travailler avec elles”. Génial.

Ce n’est pas la première fois que Vigi l’interpelle directement. Le 13 juillet, le syndicat lui adressait une lettre ouverte pour dénoncer l’impact qu’auront sur la sécurité des Français les 370 millions de coupes budgétaires prévues pour le ministère de l’Intérieur. “La seule réponse de l’Elysée a été un silence, mais on ne sait pas s’il était poli, gêné ou méprisant. Dans tous les cas Vigi n’a pas eu de réponse argumentée et logique”, enfonce le syndicat avant de poursuivre, tranchant : “c’est sûrement parce que nous ne maîtrisons pas encore les nouveaux codes du divin Jupiter, qui nous dirige.” On espère qu’il tombera sur ce petit texte à l’humour assassin, car rien que sa conclusion vaut le détour : “Certains sont jugés grands parce qu’on mesure aussi le piédestal” (Sénèque). À bon entendeur, salut.