AccueilSports

Quand R9 jonglait à l’aéroport : on se remate les pubs légendaires de Coupe du monde

Publié le

par Tidiany M'Bo

Avec la Coupe du monde en approche, les annonceurs redoublent d’imagination pour marquer au fer rouge nos cerveaux. Et ça marche. La preuve.

Quand R9 jonglait à l’aéroport : on se remate les pubs légendaires de Coupe du monde

Capture d’écran pub adidas

La Coupe du monde et ses millions de téléspectateurs, voilà une période forcément cruciale pour les annonceurs du monde entier. Encore plus lorsque l’un des événements sportifs les plus suivis sur le globe coïncide avec autre période clé, celle des fêtes de fin d’année. Ce combo Coupe du monde x Noël devrait donc représenter un enjeu de taille pour des publicitaires habitués à nourrir notre subconscient à base de slogans, petites musiques et personnages en tous genres. Étant donné le prix annoncé du spot (entre 120 000 et 245 000 euros brut sur TF1 pour 30 secondes, à la mi-temps des matches des Bleus au premier tour), mieux vaut donc ne pas taper à côté de sa cible. À ce titre, certaines marques ont prouvé qu’elles avaient un vrai savoir-faire en la matière.

Coca-Cola

L’une des marques de boisson les plus consommées sur le globe est un sponsor historique de la FIFA et de sa grand-messe, puisqu’elle sponsorise l’événement depuis 1978, soit 11 éditions !

À voir aussi sur Konbini

Quel que soit votre âge, impossible de ne pas avoir en souvenir une pub Coca, même si certaines ont été plus mémorables que d’autres : celle de 1998, avec en univers musical “Atomic” du groupe américain Blondie, et celle de 2010, qui rend hommage à Roger Milla et ses célébrations, sortent incontestablement du lot.

Pepsi

Évoquer Coca sans évoquer Pepsi, ce serait un peu comme parler de Cristiano sans citer Messi, ou mentionner le Barça en oubliant que le Real Madrid existe. Si les plus grandes campagnes pub de ces deux monstres se concentrent généralement sur le marché US, elles se sont aussi beaucoup articulées autour du football. S’appuyant de tout temps sur des ambassadeurs de premier rang (Beckham, Roberto Carlos, Kaka, Henry, Ronaldinho…), Pepsi se distingue édition après édition avec de véritables petits courts-métrages, comme ce clip réalisé pour le Mondial 2006 en Allemagne.

Nike

Autre marché en surchauffe durant les grandes compétitions, celui des équipements de sport. Voilà pourquoi les deux principaux acteurs du secteur, Nike et Adidas, rivalisent de créativité tous les quatre ans pour nous pondre LE banger qui marquera toute une génération de fans. Pour la marque américaine, difficile de faire le tri tant il y eut de spots mémorables, mais là encore, le millésime 1998 mettant en scène l’équipe nationale du Brésil à l’aéroport sur fond de musique samba s’impose comme un grand classique.

Adidas

Dans son duel avec Nike, l’équipementier allemand a pris l’habitude de tenir la dragée haute à son concurrent. En 2006, alors que le Mondial se déroule “à domicile”, Adidas dévoile José 10+, un spot “all-time” mettant en scène enfants et stars du foot dans un face-à-face improvisé sur un playground de quartier. Aujourd’hui encore, ce spot est considéré comme l’un des plus marquants pour toute une génération.

Puma

En plus d’avoir chaussé certaines des plus grandes stars de l’histoire du foot (Pelé, Maradona, Cruyff notamment), Puma équipe également un grand nombre de sélections nationales. En 2010, la marque allemande habille notamment quatre des six nations africaines présentes en Afrique du Sud (Ghana, Algérie, Cameroun et Côte d’Ivoire). C’est probablement la raison pour laquelle son spot du Mondial est une ode à la culture foot du continent africain, avec un clip à la réalisation artistique soignée et accompagné par le groupe de néo-soul afro-américain Gnarls Barkley.

Toyota

La dernière partie de cet article rend hommage à ces marques ayant fait le pari de rentabiliser les 30 jours de compétition pour pénétrer nos crânes comme un marteau-piqueur frappe le sol. En gros, ces marques à qui on dit “bravo, mais pas merci”. Et on commence avec un spot de 2006 signé Toyota, qui manie la francophonie et les clichés pour mettre en scène nos voisins frontaliers.

Playzer

En 2014, BeIn Sports retransmet l’intégralité des matches du Mondial. Forcément, les fans de foot affluent et se branchent H24 sur la chaîne qatarie. C’était sans compter sur ce refrain diabolique qui hantera les nuits de bien des supporters français : “Le football, ça fait Playzer, mais Playzer, c’est pas du futebol !” On s’en souvient tous. En même temps, à raison de 64 matches et minimum 4 spots par rencontre (un au début, deux à la mi-temps, un à la fin), vous aurez entendu cette pub au moins 256 fois en l’espace de 30 jours. Peut-être les cinq secondes les plus rentables de l’histoire du bourrage de crâne.