AccueilLifestyle

Éric Cantona se la joue Breaking Bad dans le thriller noir Dérapages

Éric Cantona se la joue Breaking Bad dans le thriller noir Dérapages

avatar

Par Adrien Delage

Publié le

L'histoire d'une fausse prise d'otages abracadabrante, plutôt haletante, mais pas toujours juste dans l'interprétation.

Le 25 octobre 2005, le QG de France Télévisions Publicité est soudainement attaqué par un commando de neuf individus masqués. Armés jusqu’aux dents, ils prennent en otage le comité de direction présent pour un séminaire, avant de les menotter, voire les maltraiter pendant plusieurs heures. À la fin de cette terrible épreuve, la vérité est dévoilée : les terroristes sont en réalité des membres du GIGN, recrutés par Philippe Santini, le PDG de la régie à l’époque, pour participer à un jeu de rôles violent et malsain, dans lequel ses salariés deviennent le sujet d’un test de stress poussé à l’extrême.


Cette histoire insensée, mais bien réelle, a inspiré l’auteur Pierre Lemaitre pour son roman Cadres noirs, publié en 2010. Dans ce récit mi-fictif, mi-documentaire, l’écrivain raconte la bataille dramatique d’Alain Delambre, un senior ruiné qui vit de petits boulots, contre le chômage. Pour mettre sa famille à l’abri du besoin et retrouver sa dignité, il va accepter une étrange proposition d’embauche, dont le test final consiste en un jeu de rôles pas très net : une prise d’otages.
Pierre Lemaitre est également coscénariste de l’adaptation en série pour Arte (et désormais dispo sur Netflix), rebaptisée Dérapages pour l’occasion, avec Perrine Margaine (Trois jours et une vie) et Ziad Doueiri (Baron noir) à la réalisation. Dans cette version, Alain Delambre est campé par Éric Cantona, de retour sur le petit écran français, après une escapade à la télévision belge pour Le Voyageur.

À voir aussi sur Konbini

Walter White vs le chômage

Ⓒ Arte

Virage à gauche

Ⓒ Arte