AccueilPop culture

Pour Dua Lipa, les gens ne veulent pas de pop stars “politiques” ou “intelligentes” (et c’est bien dommage)

Dire les termes

Pour Dua Lipa, les gens ne veulent pas de pop stars “politiques” ou “intelligentes” (et c’est bien dommage)

Image :

© Warner

avatar

Par Flavio Sillitti

Publié le

"Je ne sais pas si les gens croient vraiment que j’aime lire des livres."

Alors que son troisième album tant attendu commence petit à petit à se dévoiler, notamment avec un premier single fort, “Houdini”, et une prestation annoncée à la cérémonie des Grammy Awards de février prochain, la chanteuse Dua Lipa s’est confiée dans un entretien plutôt riche et engagé avec le média Rolling Stone. Parmi les sujets évoqués, la superstar dénonce notamment les idées reçues sur les stars de la pop, surtout les stars féminines, que le public limite encore à leurs looks et à leurs hits.

À voir aussi sur Konbini

“Je ne sais pas si les gens croient vraiment que j’aime lire des livres ou s’ils croient que ces conversations sont les miennes. Je pense que ça a à voir avec ce que les gens attendent de leurs pop stars. Ils ne veulent pas qu’on soit politiques. Ils ne veulent pas qu’on soit intelligentes. Ce n’est pas que j’essaie de faire mes preuves de cette manière, mais je suis tellement plus que ce que je fais.”

Pour contextualiser les mots de la chanteuse, il faut rappeler qu’elle a lancé en 2021 sa newsletter hebdomadaire Service95, déclinée depuis en podcasts audio et en capsules vidéo, à travers lequel elle a notamment réussi à lancer un book club qui partage régulièrement des recommandations littéraires. 

Pour l’aspect politique, Dua Lipa, qui s’est exprimée à de nombreuses reprises en faveur des droits des Palestinien·ne·s, n’hésite pas à partager son opinion sur la situation à Gaza, et lie ça à son identité kosovare-britannique.

“Mon existence est en quelque sorte politique, le fait que j’aie vécu à Londres parce que mes parents sont partis pendant la guerre. Je compatis avec les gens qui doivent quitter leur maison. D’après mon expérience au Kosovo et ce que fait la guerre, personne ne veut vraiment quitter sa maison. Ils le font pour se protéger, pour sauver leur famille, pour s’occuper des gens autour d’eux, ce genre de choses, pour une vie meilleure. Je me sens donc proche de ce pays.”

Malgré ça, l’artiste garde les pieds sur Terre et reconnaît que l’engagement des figures du divertissement a ses limites, et que “poster sur un sujet ne fait pas une différence suffisante, mais j’espère que le fait de montrer de la solidarité, qui est parfois tout ce que l’on a l’impression de pouvoir faire, est important.”

La chanteuse sera à l’affiche du film Argylle, en salle le 31 janvier prochain, et devrait annoncer une date de concert estivale chez nous, si l’on en croit sa programmation chez nos voisin·e·s belges le 6 juillet 2024 prochains au festival Rock Werchter.