AccueilPop culture

On vous dit tout sur le sample derrière “Petete” de Gambi, toujours n° 1 des tendances YouTube

Publié le

par Aurélien Chapuis

Avec 8,5 millions de vues, le rappeur Gambi signe un des tubes de l’été en reprenant une ligne de saxophone très célèbre.

On vous dit tout sur le sample derrière “Petete” de Gambi, toujours n° 1 des tendances YouTube

Le vendredi 29 juillet, en plein milieu de l’été, Gambi a envoyé le clip de “Petete”, un morceau qu’il teasait depuis plusieurs semaines sur ses réseaux. Depuis, les vues ne cessent de croître avec déjà plus de 8,5 millions de vues et toujours la première place des tendances musique sur YouTube.

Ce succès est aussi celui d’un sample iconique de la musique électronique qui prend sa source il y a plus de vingt ans. On va tirer ensemble le fil de ces quelques notes qui font danser le monde entier depuis 2003.

Pour commencer, ce n’est pas la première fois cette année que ces notes saccadées de saxophone sont reprises dans la sphère rap. En effet, l’anglais Benzz avait sorti une version plus drill nommée “Je m’appelle” (oui, en français dans le texte). Ce morceau, sorti au début de l’année 2022, est devenu un gros tube avec ses 28 millions de vues sur la chaîne spécialisée GRM Daily. Il a enfanté des remixs internationaux, un tourné avec les États-Unis avec French Montana et Tion Wayne et même un français avec la sensation drill M.I.G.

Pour retrouver du “rap” accompagné de ce saxophone fou, il faut revenir en 2008 avec Pitbull (toujours lui), accompagné de la légende du Crunk Lil Jon pour “The Anthem”, tout simplement.

Pitbull reprend une topline d’un tube brésilien 80’s, Lil Jon ambiance le tout et le petit saxophone fou fait le reste. On aperçoit même E-40 dans le clip, qui travaillait à l’époque avec Lil Jon. Mais finalement ce morceau est un remix total du plus gros hit de l’année 2007 signée par le duo ENUR avec la chanteuse danoise Natasja Saad en mode reggae fusion, “Calabria 2007”.

Ce morceau envoûtant mélangeant plusieurs styles musicaux, entre dancehall et house devient un standard de l’été 2007, avant l’avènement de groupes comme Major Lazer. Malheureusement, la chanteuse Natasja, devenue star en Jamaïque en quelques mois, n’en profitera pas. Elle meurt dans un accident de voiture à Spanish Town en juin 2007, juste avant que le tube explose. Elle avait 32 ans.

Mais si on remonte encore le fil du duo ENUR, on découvre qu’il s’agit en fait de Rune Reilly Kölsch et de son demi-frère Johannes Torpe. Et que ce “Calabria 2007” est une version plus reggae d’un morceau de Rune sorti quatre ans plus tôt, nommé… “Calabria”, un vrai morceau de house danoise plein de cuivres durant plus de 8 minutes.

Cette première version avait fait un peu de bruit au Danemark et dans les milieux concernés. Mais c’est grâce à un mash-up extrêmement intelligent qu’il deviendra immuable dans le paysage musical pop international.

En effet, vu que le morceau “Calabria” de Rune est sorti sur un label indépendant danois, certains DJs se rendent compte qu’ils peuvent l’utiliser dans d’autres pays européens. C’est ainsi que quelques mois après Rune, le duo italien Nani & Milani donne une seconde vie à l’instrumental “Calabria” en juxtaposant un a cappella de la chanteuse Crystal Waters, extrait d’un morceau produit par Alex Gaudino, “Destination Unknown”. Oui, la même Crystal Waters qui a chanté le tube house “Gyspy Woman” douze ans plus tôt.

C’est donc ce mash-up de l’instru de Rune et de la voix de Crystal Waters qui va rendre la ligne de saxophone si célèbre entre 2003 et 2004. D’ailleurs, ce mash-up deviendra officiel et sortira sur un label italien sous le nom “Destination Calabria”.

Mais que vient faire la Calabre dans tout ça ? À part Nani & Milani, aucun producteur italien ne s’est retrouvé dans cette histoire. Et Rune ne s’est pas du tout inspiré d’un air connu de Calabre pour sa ligne de saxophone synthétisé devenue mythique. C’est ce qui fait toute la magie de la musique, reprise vingt ans plus tard par le rappeur Gambi, toujours avec des millions de vues à la clé. La fausse Calabre a du bon.

À voir aussi sur Konbini :