AccueilPop culture

On était au concert de Kehlani et, comme le reste du monde, on veut la marier

Publié le

par Lise Lanot

Au lendemain du concert parisien de Kehlani, voici notre ode en cinq parties à une des reines (sous-cotées) de la scène R’n’B actuelle.

On était au concert de Kehlani et, comme le reste du monde, on veut la marier

© Prince Williams/Wireimage

Ce mercredi 30 novembre, Kehlani remplissait la salle Pleyel, à Paris, de son énergie, ses mouvements de danse, sa bienveillance et son dernier album, Blue Water Road. En tournée pour la première fois depuis cinq ans, la chanteuse continue d’asseoir, à travers les continents, sa place dans la royauté du R’n’B.

À 27 ans, sa renommée n’est plus à faire. La chanteuse est suivie par 14 millions de personnes sur Instagram et 4 millions sur TikTok, elle a collaboré avec la plupart des plus gros noms de sa génération (Cardi B, Justin Bieber, Chance the Rapper ou James Blake) et est reconnue pour ses compétences vocales, parolières et musicales. Malgré toutes ces qualités, Kehlani demeure sur le bas-côté des projecteurs réservés aux superstars de son acabit. Quand je parle d’elle autour de moi, je suis confrontée à une moue vaguement compréhensive ou des sourcils clairement froncés. La solution est simple : soit je change de potes, soit je les éduque. Voici donc mes cinq bonnes raisons d’enfin respecter Kehlani et lui donner toute la gloire qu’elle mérite.

Elle mêle puissance et vulnérabilité

À voir aussi sur Konbini

Voir Kehlani sur scène, c’est faire l’expérience d’une personnalité et d’une identité musicale et vocale fortes. Cette puissance est contrebalancée, voire augmentée, par la vulnérabilité que ne cache jamais la jeune femme. Née en Californie, dans la Bay Area, Kehlani Ashley Parrish a vu le jour en 1995 de parents addicts aux drogues. Son père est mort quand elle était bébé et elle a été élevée par sa tante pendant que sa mère purgeait sa peine de prison.

Elle n’a que 27 ans, a déjà eu mille vies et le temps de proposer des projets variés – elle a intégré son premier groupe à 14 ans et sa première mixtape date de ses 19 ans. Sa discographie permet de suivre son introspection (“Et si tu n’allais pas me guider, pourquoi me donner la vie ? […] Et chaque fille a besoin d’une mère et merde, j’avais besoin de toi”, “The Letter”), ses élans de confiance en elle (“If I gotta be a bitch, Imma be a bad one”,“CRZY”) et ses réflexions sur le patriarcat (“Parce que je sais que tous les hommes ont peur d’une femme avec du caractère”, “Runnin'”).

Elle convoque le meilleur du R’n’B

Dès la deuxième phase de son couplet sur le Bae Mix du tube “Icy Grl” signé Saweetie, Kehlani affirme “être sortie [du ventre] comme la fille d’Aaliyah et 2Pac”, des anges gardiens qu’elle tente d’honorer au fil de ses créations. Passionnée de culture hip-hop, l’artiste convoque dans ses paroles et mélodies le R’n’B des années 1990 et 2000 avec lequel elle a grandi : “Jill Scott, Musiq Soulchild, Erykah Badu, Lauryn Hill, les Fugees, […]. Même TLC, Aaliyah, tout ça, jusqu’à maintenant”, tel qu’elle le confiait à Complex alors qu’elle n’avait que 19 ans. Ces influences ne bloquent cependant pas la modernité de l’artiste, toujours pertinente et en accord avec son temps, mêlant mélodies R’n’B, soul, hip-hop et jazz.

C’est la chanteuse préférée de ton artiste préféré·e

Megan Thee Stallion la cite dans son “Megan Monday Freestyle”, Dinos parle de ses tatouages dans “Portes suicide”, Rich the Kid se félicite du fait que sa nouvelle meuf lui ressemble dans “End of Discussion”, tandis que Young M.A espère tout simplement que sa prochaine meuf sera Kehlani, dans “Big”.

En 2015, un an après la sortie du premier projet de la chanteuse Cloud 19, Sean “P. Diddy” Combs la remerciait “d’avoir sauvé le R’n’B”, et en 2017, rapporte NPR, Solange la citait pendant son discours aux BET Music Awards dans la liste des femmes qui participaient à la révolution du R’n’B. Une fois que vous captez son nom, vous remarquerez que Kehlani est partout, notamment dans les oreilles de vos artistes préféré·e·s. Suivez leur exemple, écoutez Kehlani.

Elle sait tout faire

“Ayy, regardez-moi, je suis même pas une putain de rappeuse.” C’est ainsi que Kehlani se félicite d’avoir magistralement conclu son couplet rap posé sur le Bae Mix du tube “Icy Grl” de Saweetie. Kehlani sait s’installer chez les autres, s’adapter à leur univers (“Beautiful Lies” avec Yung Bleu) tout en imposant son timbre et son flow R’n’B à des instrus garage (avec Disclosure et Syd sur “Birthday”) mais aussi plus jazz, soul et hip-hop (“The Way” feat. Chance the Rapper ; “RPG” feat. 6lack). Parfois, Kehlani devient “PopLani” parce que oui, elle sait servir des bops efficaces, en témoignent ses featurings avec Justin Bieber (“up at night”), Hayley Kiyoko (“What I Need”) et son don au film Suicide Squad (“Gangsta”).

Sur scène et dans certains clips, Kehlani accompagne ses prouesses vocales de prouesses chorégraphiées, puisque c’est vers la danse que la jeune femme se destinait à l’adolescence jusqu’à ce qu’une blessure au genou l’oblige à plutôt se concentrer sur le chant. Un destin à la Billie Eilish, qui ravit les fans des deux chanteuses. Artiste plurielle, elle confiait dans une vidéo très apaisante tournée pour Vogue sa passion récente pour la photographie.

Elle fait de sa sexualité une force

Je réitère : il faut bien s’accrocher avant d’assister à un concert de Kehlani. Sur TikTok, les vidéos les plus populaires qui documentent son Blue Water Road Tour la montrent descendre dans son public pour donner la sérénade à des fans et mimer des actes sexuels avec ses danseuses. L’idée n’est pas de coller à l’imaginaire hypersexualisé de la femme-objet mais au contraire d’affirmer en toute indépendance sa sexualité, son corps et ses choix.

En avril 2021, Kehlani faisait son coming out lesbien après avoir fait connaître sa bisexualité. Rares sont les superstars lesbiennes, et l’artiste californienne fait de sa sexualité une fierté sur scène, en interview et dans ses paroles – de sa chanson d’amour “Honey” à sa chanson sur une tromperie “more than i should”. De même, les vidéos de son profil TikTok mettent souvent en scène son orientation sexuelle et la communauté lesbienne.

@kehlani

whatever stage of lesbian this is i’m here now

♬ everybody is gay - Damon <3

Si j’espère que vous êtes convaincu·e·s, j’espère aussi pour vous que Kehlani ne remettra pas cinq ans à refaire une tournée, que vous puissiez profiter de sa sensibilité, sa puissance et son talent le plus vite possible.