AccueilPop culture

On a classé (objectivement) tous les films de Quentin Dupieux, du moins bon au meilleur

On a classé (objectivement) tous les films de Quentin Dupieux, du moins bon au meilleur

Image :

(© Diaphana)

avatar

Par Arthur Cios

Publié le

Et Daaaaaalí ! est très bien placé.

Vu que depuis 2018, le cinéaste Quentin Dupieux bombarde d’un film par an (minimum), ce dernier commence à avoir une sacrée filmographie. À l’occasion de la sortie de Daaaaaalí !, on a décidé de classer les 13 longs-métrages du réalisateur, du moins bon au meilleur.

À voir aussi sur Konbini

#13. Nonfilm (2001)

C’était son premier long après le succès de “Flat Beat” et des publicités Levi’s, en autoproduction et fauché. Évidemment que ce n’est pas parfait mais ce n’est pas détestable pour autant, qu’on soit bien d’accord.

#12. Wrong Cops (2013)

Une série de sketches délicieux, mais inégaux. +1 pour Éric Judor et son œil manquant.

#11. Wrong (2012)

Dolph a perdu son chien, Quentin s’amuse aux États-Unis et nous aussi — pas autant que pour le reste, mais quand même.

#10. Au poste ! (2018)

Très drôle, très bien ficelé et surtout très bien interprété, mais une fin plot twist peut-être un peu trop déroutante.

#9. Incroyable mais vrai (2022)

On ne sait pas ce qu’on préfère entre la coiffure d’Alain Chabat ou le zizi robot de Benoît Magimel, mais le combo des deux est superbe.

#8. Le Daim (2019)

Jean Dujardin avec un style de malade et une veste en daim, dans un film d’horreur avec Adèle Haenel et un film plus profond qu’il en paraît.

#7. Mandibules (2020)

Évidemment que le Palmashow allait s’insérer parfaitement dans l’univers de Dupieux. Et évidemment qu’on allait adorer cette mouche — et Adèle Exarchopoulos, qui vole la vedette à tout le monde.

#6. Steak (2007)

Celui qui n’aime pas ce film, trouve qu’il a vieilli ou ne le comprend pas est fan de Phil Collins.

#5. Fumer fait tousser (2022)

Le film n’est considéré que comme un film à sketches alors que ce n’est pas loin d’être, sous couvert d’une comédie avec des faux Power Rangers hilarants, son film le plus engagé et politique.

#4. Rubber (2010)

Le génie de la débrouille à son paroxysme. Un pneu tueur, c’est un immense oui.

#3. Yannick (2023)

Son plus grand succès en salle, et c’est mérité. La révélation de Raphaël Quenard, un postulat génial, et une sincère réflexion sur l’art, les artistes et la critique.

#2. Daaaaaalí ! (2024)

Il n’y avait que Quentin Dupieux pour pondre du film parfait sur Dalí, dont la forme épouse à ce point le fond.

#1. Réalité (2014)

Le meilleur, très clairement. Le plus abouti de l’excursion américaine de Dupieux, mais aussi son film le plus complexe — et puis, Alain Chabat, quoi…