AccueilPop culture

Matthew Perry revient sur son addiction aux opioïdes qui a failli le tuer

Publié le

par Adrien Delage

"Les docteurs ont dit à ma famille que j’avais seulement 2 % de chances de m’en sortir".

Matthew Perry revient sur son addiction aux opioïdes qui a failli le tuer

© NBC

Si les aventures des six de Central Perk continuent de faire rire et rêver les sériephiles sur nos écrans près de 20 ans après, Matthew Perry a décidé de dévoiler publiquement les aspects sombres de sa célébrité liée à l’immense popularité de Friends. L’interprète de Chandler publiera le 1er novembre prochain ses mémoires, intitulées Friends, Lovers and the Big Terrible Thing (aux éditions Flatiron Books), dans lesquelles il revient notamment sur son addiction aux opioïdes.

Un témoignage émouvant et à cœur ouvert, dans lequel on apprend qu’il a failli mourir d’une overdose en 2018. À l’époque, il avait été opéré suite à une perforation aiguë du tube digestif, mais son hospitalisation était en réalité bien plus longue et grave, comme il le révèle dans les colonnes de People :

“Les docteurs ont dit à ma famille que j’avais seulement 2 % de chances de m’en sortir. On m’a placé en réanimation avec une sorte de machine qu’ils appellent ECMO [ou oxygénation par membrane extracorporelle, ndlr], qui permettait à mon cœur et mes poumons de respirer par assistance. C’est un véritable miracle, personne ne peut survivre à ça”.

Par la suite, Matthew Perry explique qu’il a passé près de cinq mois à l’hôpital, dont deux semaines dans le coma. À sa sortie, il a également dû porter une colostomie pendant neuf mois. Sa dépendance aux opioïdes a commencé pendant le tournage de Friends et s’est accentuée vers la fin de la série, notamment au cours de la saison 10.

À voir aussi sur Konbini

L’acteur confie qu’il prenait alors jusqu’à 55 comprimés de Vicodin par jour et ne pesait plus que 58 kg. Tout au long de sa vie, Matthew Perry a dû subir près de 14 interventions chirurgicales à cause des dommages causés par les opioïdes sur son corps et en particulier son estomac.

“Je ne savais pas comment arrêter. Si la police avait débarqué chez moi en me disant : ‘si vous buvez ce soir, on vous emmène en prison’, j’aurais instantanément fait mon sac. Je n’arrivais pas à m’arrêter car la maladie et l’addiction sont progressives. Ça ne faisait qu’empirer avec l’âge.”

Aujourd’hui, Matthew Perry assure être en bonne santé et complètement soigné de sa dépendance. Les antidouleurs opiacés, aussi appelés opioïdes et rendus particulièrement visibles sur le petit écran avec Dr. House, sont un véritable fléau aux États-Unis.

Si vous souhaitez en apprendre plus, on ne peut que vous conseiller la géniale minisérie Dopesick disponible chez nous sur Disney+, un drame poignant sur les compagnies pharmaceutiques qui ont rendu l’Amérique accro à cette drogue légale mais très dangereuse car extrêmement addictive.