Mais c’est quoi, la Renaissance de Harlem ? Cette expo revient sur ce grand mouvement artistique

Mais c’est quoi, la Renaissance de Harlem ? Cette expo revient sur ce grand mouvement artistique

Image :

© Robert Abbott Sengstacke/Getty Images

photo de profil

Par Konbini avec AFP

Publié le

Il s’agit d’un panorama complet du premier mouvement international d’art moderne fondé par des artistes africain·e·s-américain·e·s.

Peintures, photos, sculptures et œuvres littéraires africaines-américaines : le Met de New York met à l’honneur le mouvement artistique né de la grande migration de millions de personnes noires du sud vers le nord et l’ouest des États-Unis dans la première moitié du XXe siècle. À partir de février prochain, l’un des musées les plus prestigieux du monde présentera 160 œuvres d’art moderne provenant d’universités historiques noires, de centres d’art et de fondations, a annoncé le Met pour cette exposition “révolutionnaire” intitulée “The Harlem Renaissance and Transatlantic Modernism”.

À voir aussi sur Konbini

Il s’agit d’un panorama complet du premier mouvement international d’art moderne fondé par des artistes africain·e·s-américain·e·s, notamment pour représenter “la vie quotidienne moderne de nouveaux quartiers noirs comme Harlem à New York et South Side à Chicago dans les années 1920-1940”, selon un communiqué du Met. L’entre-deux-guerres mondiales aux États-Unis marque les premières décennies de la grande migration africaine-américaine (qui s’étend de 1910 à 1970 selon des historien·ne·s) qui a vu quelque six millions de personnes quitter des États du sud encore soumis à la ségrégation raciale vers les métropoles du nord, du centre-ouest et de l’ouest censées offrir liberté, égalité et meilleures conditions de vie.

“Grâce à des portraits, des scènes de la vie urbaine et nocturne, par des artistes majeurs de l’époque, cette exposition met en exergue le rôle central de la Renaissance de Harlem pour façonner le sujet noir moderne et même l’art moderne du début du XXe siècle”, a estimé, cité dans un communiqué, le PDG du Met, Max Hollein. Parmi les artistes mis·es à l’honneur figurent Charles Alston, Miguel Covarrubias, Aaron Douglas, Meta Warrick Fuller, William H. Johnson, Archibald Motley, Jr., Winold Reiss, Augusta Savage, James Van Der Zee et Laura Wheeler Waring. Une partie de l’exposition mettra en regard des peintures d’artistes africain·e·s-américain·e·s expatrié·e·s un temps en Europe avec des portraits de personnes africaines réalisés par des artistes européen·ne·s comme Henri Matisse, Edvard Munch, Germaine Casse, Kees van Dongen, Jacob Epstein et Ronald Moody.