AccueilPop culture

Le C12, célèbre club bruxellois, interdit photos, vidéos et flashs à ses teufs

Le C12, célèbre club bruxellois, interdit photos, vidéos et flashs à ses teufs

Image :

Brandon Erlinger-Ford · Unsplash

avatar

Par Flavio Sillitti

Publié le

Plus moyen de faire jalouser vos followers avec vos stories de soirée.

À voir aussi sur Konbini

Véritable référence en termes de nightlife en Belgique, le club bruxellois du C12 a annoncé interdire la prise de photos, vidéos et tout usage de flash à ses soirées. Les téléphones en tant que tels ne seront pas confisqués, mais un morceau de scotch opaque collé dessus à l’entrée de la boîte devrait dissuader les teufeur·euse·s d’immortaliser leur soirée, et surtout de déranger les personnes à proximité. La boîte précise qu’un·e photographe in-house s’assurera néanmoins de capturer vos nuits enflammées. Ouf.

Si le fameux morceau de scotch s’enlève facilement, la mesure vise surtout à rappeler de façon visuelle que le club n’encourage pas la prise de photos ou de vidéos. Le but principal, communiqué par la boîte, est de respecter l’atmosphère unique que procure un lieu comme le C12 : “La lentille d’un appareil photo sur un smartphone peut devenir un obstacle dans la création de cette atmosphère, que ce soit pour le photographe ou son sujet. Nous aimerions voir chaque nuit comme une expérience vécue par tout le monde dans l’instant présent, au lieu de ramener le monde extérieur dans le club.”

Une révolution en Belgique qui fait déjà ses preuves ailleurs dans le monde, notamment dans plusieurs boîtes berlinoises qui appliquent la mesure depuis plusieurs années. Autre club phare de la capitale belge, le Fuse a également pensé à mettre en place une mesure similaire, comme le partageait son programmateur Steven Van Belle au média flamand Het Nieuwsblad :

“Aujourd’hui, lors d’un climax musical, on voit des dizaines d’écrans allumés. C’est dommage. […] Nous avons déjà envisagé des mesures similaires à celles prises aujourd’hui par le C12, mais nous rencontrons des problèmes pratiques. Si nous devons mettre un autocollant sur le smartphone de tout le monde à l’entrée, il y aura une longue file d’attente. Pour l’instant, nous essayons surtout de sensibiliser les gens avec des affiches dans le club.”