AccueilPop culture

Chapeau melon et bottes de cuir, les Avengers des années 1960, va avoir le droit à un remake

Chapeau melon et bottes de cuir, les Avengers des années 1960, va avoir le droit à un remake

Publié le

Image :

© ITV

John Steed et ses drôles de dames n’ont pas encore dit leur dernier mot.

Au même titre que Doctor Who et Le Prisonnier, Chapeau melon et bottes de cuir, alias The Avengers en VO, est un trésor du petit écran britannique. La série culte, diffusée dans les années 1960 sur ITV, a révolutionné le genre de l’espionnage à l’époque en intégrant des éléments de science-fiction et de fantastique dans ses intrigues. Malgré plusieurs adaptations au cinéma, Chapeau melon et bottes de cuir n’avait jamais eu le droit à un remake sur le petit écran. Mais selon Deadline, c’est sur le point de changer sur la volonté de StudioCanal, qui possède les droits du catalogue et plancherait sur un remake.

À voir aussi sur Konbini

La boîte de production française aurait même recruté un duo de scénaristes, Mickey Down et Konrad Kay, pour chapeauter le projet. Les showrunners sont notamment à l’origine de la géniale Industry diffusée sur HBO. Le réalisateur Ben Taylor (Sex Education, Raised by Wolves) serait également de la partie. Même si StudioCanal n’a rien confirmé pour le moment, nos confrères américains laissent entendre qu’un pilote serait déjà écrit. On restera méfiants puisqu’en 2018 déjà, le réalisateur Shane Black (Kiss kiss, bang bang et Iron Man 3) avait également proposé un pilote à Warner Bros., qui n’avait jamais donné suite.

Sorte de fusion glamour, surréaliste voire arty entre James Bond et Doctor Who, Chapeau melon et bottes de cuir a surtout brillé grâce aux duos que formait Patrick Macnee, alias l’agent John Steed, avec ses acolytes féminines. De grandes actrices britanniques se sont succédé dans la série, dont Ingrid Hafner, Honor Blackman, Elizabeth Shepherd ou encore l’immense Diana Rigg. Arrivée en France en 1967 sur la deuxième chaîne de l’ORTF, Chapeau melon et bottes de cuir fut surtout l’une des premières séries britanniques à s’exporter outre-Atlantique.