AccueilPop culture

Boum : Rihanna est en couverture du Vogue US (et on ne sait pas si on aime bien)

Publié le

par Coumbis Hope Lowie

La chanteuse (qui ne sort plus de sons) est en couv’ du numéro de mai du Vogue US. Et les photos sont signées Annie Leibovitz.

Boum : Rihanna est en couverture du Vogue US (et on ne sait pas si on aime bien)

© Annie Leibovitz/Vogue

Une femme noire photographiée par Annie Leibowitz, ça nous a rappelé des (mauvaises) choses, comme en 2020, quand l’objectif de la photographe a rendu beaucoup trop fade la gymnaste Simone Biles. Donc, on est mitigés. Mais ça nous a quand même un peu émoustillés. Parce que c’est Rihanna, parce qu’elle est enceinte de son premier bébé, parce qu’elle se bat tous les matins avec ses jeans taille basse pour ne pas mettre d’habits de grossesse et parce que — quand même — c’est le Vogue US. That’s a big deal.

Les gens qui aiment un tant soit peu la mode (nous et plein d’autres personnes, on vous assure) aiment bien critiquer les couvertures du Vogue US, qui manquent un peu (trop) de peps. C’est un peu plat, comme l’autoroute A7 de SCH. Et ce n’est pas ce qu’on attend de la mode.

Revenons à Rihanna. Sur notre photo favorite, elle est en combinaison de dentelle orange. C’est une Alaïa et elle épouse toutes ses formes de future maman. Le visage de la chanteuse est joliment gonflé, comme on le voit souvent chez les personnes qui sont bientôt à terme. Le moment approche et le corps nous le montre. D’ailleurs, on ne sait pas si vous le savez, mais plein de gens font des paris sur la date de l’accouchement de Rihanna en se basant sur la ligne brune qu’elle a sur le ventre.

Quand on est enceinte, nos hormones sont au taquet et font un gros coucou à notre mélanine, qui hyperpigmente certaines parties de notre peau. Le visage peut s’assombrir, les aisselles aussi, et une ligne verticale plus ou moins sombre peut apparaître sur le ventre. Surtout chez les femmes noires et celles à la peau foncée, à cause de — ou grâce — à l’excès de mélanine déjà présente ! Et dans certaines cultures, on dit que quand les deux lignes se rejoignent, l’heure de l’accouchement est arrivée. Mais sur les photos de Vogue, on ne voit pas la ligne annonciatrice de Rihanna.

Mais pourquoi ça nous dérange autant ?

Parce que c’est trop dommage. La ligne brune sur le ventre est une caractéristique que beaucoup de femmes noires partagent et c’est parfois l’origine de complexes. La voir sur Riri dans un shooting pour l’un des plus grands magazines de mode aurait apporté une lumière nouvelle sur ce phénomène. Mais ça n’a pas été fait.

D’ailleurs, on reproche souvent aux photographes de mode de mal photographier les peaux noires. Parfois, la lumière est mauvaise donc la peau a l’air grise, terne ou orangée. Parfois, les peaux foncées sont noircies à l’extrême et, bien sûr, ça dérange aussi. Comme sur l’une des dernières couvertures du Vogue British, composée à 100 % de mannequins noires, dont les peaux trop noircies paraissent bleues.

Ce sont des remarques que l’on a déjà faites à la photographe qui a capturé Rihanna pour ce dernier numéro de Vogue. Annie Leibovitz est l’une des photographes les plus célèbres du monde. Elle a des centaines de shoots iconiques à son actif et mais quand il s’agit de photographier les peaux noires, elle a encore du mal.

On se demande pourquoi au XXIe siècle, et des centaines d’années après l’invention de la photographie, on a encore autant de mal à photographier les peaux noires, dans toutes leurs singularités ! On doit faire mieux et surtout, on doit avoir envie de faire mieux.

À voir aussi sur Konbini :