AccueilPop culture

Après la série Netflix, l’arnaqueuse Anna Delvey Sorokin s’invite sur Spotify

Publié le

par Emma Couffin

L’arnaqueuse multimillionnaire sera l’invitée d’Alexandra Cooper dans un épisode inédit du podcast Call Her Daddy.

Après la série Netflix, l’arnaqueuse Anna Delvey Sorokin s’invite sur Spotify

© TIMOTHY A. CLARY (AFP)

Pendant dix mois, entre 2016 et 2017, Anna Sorokin avait réussi à tromper des élites new-yorkaises en se faisant passer pour une richissime héritière allemande à la tête d’un patrimoine fictif de 60 millions de dollars. Après avoir inspiré la série Netflix Inventing Anna, l’arnaqueuse multimillionnaire russo-allemande Anna “Delvey” Sorokin, qui a trompé tout le gotha de New York, continue de faire parler d’elle. Elle sera l’invitée du podcast Call Her Daddy, dirigé par l’influenceuse américaine Alexandra Cooper.

Un témoignage inédit sur Spotify

Produite par Shonda Rhimes, Inventing Anna cartonne sur Netflix. Selon la presse spécialisée, Anna Sorokin aurait touché 320 000 dollars grâce à l’adaptation de son histoire en mini-série Netflix. Et l’arnaqueuse de génie n’a pas fini de faire parler d’elle sur les plateformes…

Nouveau rebondissement dans l’affaire Sorokin : une porte-parole de la plateforme suédoise Spotify a confirmé à l’AFP, à New York, qu’Anna serait l’invitée du podcast audio et vidéo américain Call Her Daddy, émission de conversations sur la sexualité animée par l’influenceuse Alexandra Cooper, laquelle l’avait annoncé avec photos à l’appui sur Instagram. Spotify a précisé que l’émission avait été “enregistrée par Anna depuis le centre de détention” au nord de New York et qu’elle serait diffusée “pour la première fois mercredi 16 mars”.

À voir aussi sur Konbini

Rumeurs d’extradition

Condamnée en 2019 à New York à des années de prison pour avoir escroqué 275 000 dollars à des hôtels, des banques et des proches, Anna Sorokin, actuellement détenue aux États-Unis, a récemment échappé à une expulsion vers l’Allemagne.

Lundi, le New York Post avait affirmé qu’elle serait extradée le soir même vers Francfort, en Allemagne. Mais mardi, les services fédéraux américains de l’Immigration et des Douanes ont assuré qu’Anna Sorokin restait “détenue dans un centre ICE [U.S. Immigration and Customs Enforcement, la police fédérale migratoire, ndlr] dans l’attente de son expulsion”.

En effet, son avocat Manny Arora a confirmé au tabloïd britannique Daily Mail qu’il avait formé lundi soir un recours administratif d’urgence pour suspendre l’ordre d’expulsion daté du 17 février, valable trente jours, et le repousser ainsi d’un mois de plus. Le même avocat avait pourtant confirmé lundi l’information du New York Post et les rumeurs de réseaux sociaux selon lesquelles Anna Sorokin avait quitté le centre de rétention ICE de Goshen pour prendre, sous la contrainte, un vol pour Francfort. Cependant, d’après les autorités migratoires américaines, elle n’aurait jamais quitté son centre de rétention.

Libérée de prison en février 2021 pour bonne conduite, elle est de nouveau arrêtée un mois plus tard pour dépassement de la durée de son visa et désormais détenue dans le centre new-yorkais de la police migratoire, aux conditions plus souples qu’en prison.

Konbini avec AFP