AccueilPop culture

7 nominations qui apportent enfin un peu de diversité aux Oscars

7 nominations qui apportent enfin un peu de diversité aux Oscars

Publié le

La liste des nommés aux Oscars vient de tomber : pour une fois, les artistes blancs ne sont pas les seuls représentés.

À voir aussi sur Konbini

En 2016, l’absence complète d’acteurs de couleur parmi les 20 nommés aux Oscars avait relancé la polémique sur le manque de diversité à Hollywood, pour la seconde année consécutive. Cette année pourrait (enfin) être celle du changement, notamment grâce aux efforts de l’Académie des Oscars, qui a invité l’an passé 683 nouveaux votants a rejoindre ses rangs – jusqu’alors principalement constitués de vieux hommes blancs.

Déjà que la question de la place des minorités au cinéma est compliquée, celle de la récompense des artistes de couleur l’est encore plus (surtout quand on sait que la première femme noire à recevoir l’oscar de la meilleure actrice fut… Halle Berry pour À l’ombre de la haine, en 2002). La publication de la liste des acteurs nommés est plutôt de bon augure, en ce qui concerne la diversité à l’écran. Voici les cinq films qui nous rendent particulièrement optimistes.

Moonlight : Mahershala Ali dans la catégorie “Meilleur acteur dans un second rôle” et Naomie Harris dans la catégorie “Meilleur actrice dans un second rôle”

Moonlight suit l’histoire d’un jeune homme qui jongle entre une famille dysfonctionnelle, la découverte de sa sexualité et son passage à l’âge adulte, dans un Miami ravagé par la “war on drugs”. Moonlight n’est pas seulement le meilleur film de 2016 selon le magazine Rolling Stone, il réunit également l’un des meilleurs castings possibles. C’est sans doute pour cela que Naomie Harris et Mahershala Ali ont tous les deux été nommés pour les seconds rôles qu’il tiennent dans ce long-métrage.

Fences : Denzel Washington dans la catégorie “Meilleur acteur”, Viola Davis dans la catégorie “Meilleure actrice dans un second rôle”

Fences est l’adaptation d’une pièce de 1983 d’August Wilson sur l’ancien joueur de baseball Troy Maxson (Denzel Washington, également producteur et réalisateur du long-métrage), devenu éboueur à la fin de sa carrière, dans le Pittsburgh des années 1950. Denzel Washington a déjà remporté deux oscars, et Viola Davis (qui joue la femme du héros) a été nommée à deux reprises. Elle a également gagné un Tony Award pour ce rôle au théâtre à Broadway en 2010, ainsi qu’un Critics’ Choice Award et un Golden Globe pour le film.

Loving : Ruth Negga dans la catégorie “Meilleure Actrice”

Loving revient sur l’histoire vraie de Mildred Jeter et Richard Loving (Ruth Negga et Joel Edgerton), un homme blanc et une femme noire qui se sont battus dans les années 1960 pour que l’État de Virginie abandonne ses lois interdisant les mariages interraciaux. Ruth Negga est apparue sur toutes les listes des critiques et a déjà été nommée aux Golden Globes, aux Independent Spirit Awards, aux Critics’ Choice Movie Awards et aux BAFTA Awards.

Lion : Dev Patel, dans la catégorie “Meilleur acteur dans un second rôle”

Lion retrace l’histoire de Saroo Brierley (Dev Patel), séparé de ses parents à l’âge de 5 ans et adopté par une famille australienne. À 25 ans, il part à la recherche de ses racines en utilisant Google Earth. Si Dev Patel a été incroyablement snobé pour son excellente performance dans Slumdog Millionaire, son travail dans Lion n’est pas passé inaperçu et il est en tête de toutes les nominations pour des prix cette année.

Les Figures de l’ombre : Octavia Spencer dans la catégorie “Meilleure actrice dans un second rôle”

Comme les films précédents, Les Figures de l’ombre est également basé sur une véritable histoire, celle de trois mathématiciennes afro-américaines de la Nasa (Octavia Spencer, Janelle Monáe, Taraji P. Henson), qui ont travaillé ensemble pour envoyer le premier astronaute américain en orbite. Le film est porté par un trio gagnant : Taraji P. Henson (Empire) a déjà été nommée aux Oscars, Octavia Spencer en a remporté un pour son rôle dans La Couleur des sentiments et Janelle Monáe a prouvé avec Moonlight qu’elle joue aussi bien qu’elle ne chante. Octavia Spencer est donc bien placée pour réitérer son exploit de 2012.

Traduit de l’anglais par Sophie Janinet