AccueilLifestyle

“Quand j’ai repris Chanel, personne n’en voulait” : on a parlé du nouveau docu sur Karl Lagerfeld avec son bras droit Caroline Lebar

Iconique

“Quand j’ai repris Chanel, personne n’en voulait” : on a parlé du nouveau docu sur Karl Lagerfeld avec son bras droit Caroline Lebar

Publié le

Image :

© @worldwidezem/Konbini

Les deux premiers épisodes du documentaire "Karl Lagerfeld : Révélation" sont disponibles sur Canal+.

Je n’ai jamais rencontré Karl Lagerfeld. Je ne l’ai même jamais vu ni de loin et ni de flou, sans mes lunettes de vue que je n’aime pas mettre quand je suis maquillée. Parce que, à quoi bon ? Mais quand on travaille dans la mode, son aura et son nom sont omniprésents. C’est un peu comme les dates ou monuments historiques qu’on est obligé·e·s de connaître même si on est allergiques à l’histoire et à la géographie. Et quand on se rend compte qu’il y a un avant et un après Karl dans l’univers fashion, on aimerait bien savoir qui était Karl avant d’être le célèbre Lagerfeld.

À voir aussi sur Konbini

Comment naissent les génies ? Que faisaient-ils à la cour de récré et que mangeaient-ils au petit-déjeuner ? Karl Lagerfeld : Révélation nous apprend qu’avant de devenir cette image ultra reconnaissable de ce mec de profil avec sa ponytail basse et ses lunettes, Karl était plein de choses, toutes plus intéressantes les unes que les autres : quelqu’un qui adore l’odeur du pain frais ; quelqu’un qui pouvait acheter secrètement un appartement à son garde du corps pour qu’il ne soit pas trop loin du bureau ; quelqu’un qui trouvait que le sexe après 35 ans, ce n’est plus aussi folichon que ça ; et surtout un enfant tiré à quatre épingles, qui ne voulait absolument pas prêter un des six vélos qu’il utilisait pour se rendre à l’école.

© @worldwidezem/Konbini

Alors, d’abord, on se dit que c’est vraiment un petit radin habillé façon dandy puis au fil des témoignages, on découvre la générosité, l’effervescence créative, le courage et la foi inébranlable qu’il fallut à quelques audacieux·ses pour redessiner les contours de la mode et surtout, l’amour pudique et profond que Karl Lagerfeld avait pour son entourage. Et pour Choupette. Mais qui de mieux que son bras droit pour parler de Karl ? On a rencontré Caroline Lebar, vice-présidente Image & Communication chez Lagerfeld, et voici ce qu’elle nous a raconté.

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Caroline Lebar, Karô pour les intimes et pour Karl.

© @worldwidezem/Konbini

Tu nous disais que le cercle intime de Karl Lagerfeld était très restreint. En faisais-tu partie ?

Qui était intime pour Karl ? Choupette était intime de Karl. Il n’y en avait pas beaucoup d’autres. J’ai même encore du mal à dire que Karl était mon ami. Je n’arrivais jamais à oublier qu’il était d’abord le boss. Lui, il détestait que je dise ça. Il préférait dire qu’il était mon ami. Mais en tout cas, dans le travail, je faisais partie de son cercle rapproché.

Quand as-tu commencé à travailler pour Lagerfeld ?

Je travaille chez Lagerfeld depuis bientôt quarante ans. J’ai commencé en stage. Je ne connaissais ni Karl ni la marque. J’avais même du mal à prononcer son nom, comme la plupart des gens à l’époque. Il venait de commencer chez Chanel et de lancer sa propre marque. Il était connu du petit cercle de la mode comme un designer talentueux et expérimenté mais pas vraiment en dehors. Moi, j’ai commencé comme stagiaire, puis je me suis occupé de la presse, des castings et je me suis même retrouvée à défiler sur le podium.

“On dormait au bureau, on partait en voyage ensemble, on faisait la fête ensemble, on enchaînait les nuits blanches. On taffait beaucoup et on s’amusait beaucoup”

© @worldwidezem/Konbini

C’était comment la mode à l’époque ?

Aujourd’hui, on est plus ou moins 800 à travailler pour la marque Karl Lagerfeld. Dis-toi qu’avant, on faisait tout ce travail à 20, 25 personnes. C’était un peu comme une start-up, la mode, à l’époque. Tout le monde faisait un peu de tout. Comme je te disais, je m’occupais des castings et un jour, Karl a voulu que je défile. Donc, j’ai fait aussi mannequin. J’arrivais à 5 heures, j’accueillais les mannequins, je vérifiais que tout se passait bien au maquillage et à 8 heures, j’accueillais les journalistes.

Mais moi, j’étais déjà maquillée. Parfois, j’accueillais les journalistes avec des perruques énormes et des faux cils. Puis je recevais un appel dans le casque et je devais courir derrière pour mettre les mannequins dans l’ordre, puis je posais le casque, je défilais, je remettais le casque… Pour te dire à quel point, c’était folklo. Plus jamais, on ne referait un truc pareil maintenant. Mais là, c’était les années 1980. On était tous jeunes et la mode était beaucoup moins formelle que maintenant. On dormait au bureau, on partait en voyage ensemble, on faisait la fête ensemble, on enchaînait les nuits blanches. On taffait beaucoup et on s’amusait beaucoup.

Dans le documentaire, il est dit que Karl Lagerfeld et Yves Saint Laurent étaient les rois de la mode à Paris. Ce serait qui aujourd’hui le roi, selon toi ?

Je ne suis pas une experte de la mode. Ma passion, c’est plus l’image et la communication mais pour moi, Hedi Slimane restera toujours au sommet du sommet. Et dans la nouvelle génération, je dirais Jacquemus. La mode de maintenant, ce n’est plus que de la mode. C’est aussi les réseaux sociaux et tout ce qu’il y a autour. Et je trouve que Jacquemus, il a ce truc – que Virgil Abloh avait aussi – qui est totalement 360 degrés. Je pense même qu’il crée en pensant à ce qui peut arriver derrière.

© @worldwidezem/Konbini

“Je pense que Timothée Chalamet serait parfait pour Jacques de Bascher”

En parlant de la nouvelle génération, quels acteurs pourraient incarner le triangle amoureux Karl Lagerfeld, Jacques de Bascher et Yves Saint Laurent ?

Il n’y avait pas vraiment de triangle amoureux du côté de Karl. Karl aimait profondément Jacques mais c’était platonique parce que je ne pense pas que Karl était tourné vers le sexe dans l’accomplissement. Mais oui, Jacques et Yves couchaient ensemble. Pour ce qui est du casting, ça a déjà été fait mais dans la nouvelle génération, je pense que Timothée Chalamet serait parfait pour Jacques de Bascher. Ils se ressemblent même un peu. Il a beaucoup d’allure. Je dirais Manu Rios pour Yves Saint Laurent. Et pour Karl ? Il y a cet acteur dans Elite qui serait parfait… Omar Ayuso !

De l’extérieur, Karl Lagerfeld pouvait paraître assez froid et austère. Il était comment au quotidien ?

Je crois que c’est la personne la plus chaleureuse que j’ai rencontrée. Karl avait une vision très austère de la politesse, par contre. C’est son côté allemand. La fatigue et la tristesse, ça ne se montre pas. Et ça ne s’impose pas aux autres. Même quand il a perdu Jacques, il est revenu au bureau et on a recommencé à travailler. Un peu comme si de rien était. Mais après ça, on a bien senti qu’il redoutait la maladie et qu’il ne voulait plus être entouré de gens malades. En tout cas, il était très pudique et discret sur sa souffrance.

© @worldwidezem/Konbini

Karl Lagerfeld était tellement sur tous les fronts que certains se demandaient combien il y avait de Karl…

Il n’y avait qu’un seul Karl mais il se renouvelait sans cesse. C’était vital, le renouvellement. Même pour son apparence, qui était très liée à son état d’esprit du moment.

Et quel était votre Karl préféré ?

Celui que j’avais tous les matins au téléphone quand on se racontait nos vies.

Dans le documentaire, on apprend que Karl – qui était déjà une star – est devenu une rockstar après sa collaboration avec H&M. Peux-tu nous parler de cette révolution ?

On reçoit un appel pour savoir si Karl serait partant pour collaborer avec H&M. Ça n’existait pas les collaborations du genre, à ce moment-là. Et il faut dire qu’à l’époque, ça n’était pas très chic de porter du H&M. Même si tout le monde en mettait. Du coup, Karl demande si ça avait déjà été fait : “Ça n’a jamais été fait ? Okay, je le fais.”

De là, il appelle des gens derrière, dont moi, et nous demande notre avis. Et même si j’étais une consommatrice de H&M, je n’étais pas vraiment pour. J’étais scandalisée par l’état des magasins avec tous les tas des vêtements et ceux qui traînaient par terre. Déjà, je ne comprends pas qu’on puisse marcher sur un vêtement. Et là, Karl dit : “Okay, si c’est en désordre et que c’est sale, j’accepte si on fait un corner.” Pourquoi moi, je n’y ai pas pensé au corner ? Parce que je ne suis pas Karl.

© @worldwidezem/Konbini

“Et tu sais quand on fait quelque chose de nouveau, on ne se rend pas compte que c’est révolutionnaire”

Et ça a été un carton…

Des gens ont dormi dehors pour espérer avoir une pièce de la collection ! Ça n’existait pas, ça, dans la mode. La veste sequins a été sold out dans le monde, en quelques minutes. Et Karl n’en était pas content. Ça le heurtait qu’on l’appelle pour démocratiser le luxe, et que lui adhère totalement à cette idée, mais qu’on crée quand même du manque pour faire du marketing.

Vous vous attendiez à un tel succès ?

Pour moi, Karl, c’était quelqu’un qui avait rarement de doute. Mais pour ça, on n’était pas certains. Et tu sais, quand on fait quelque chose de nouveau, on ne se rend pas compte que c’est révolutionnaire. Il a changé la mode avec des opérations comme H&M. Il a changé la mode parce que c’était un boulimique de travail. Il a accéléré le rythme de la mode en ajoutant des collections, au point où ses confrères étaient extrêmement mécontents. Parce qu’il n’y avait plus de pause. Quand il est parti, il était à seize collections par an. C’est plus qu’une par mois. Tu te rends compte ?

© @worldwidezem/Konbini

“Tu sais, quand quelqu’un s’en va, tu ne te rends pas compte mais tu t’accroches à des trucs qui te font penser à lui, et l’odeur en fait partie”

Il sentait quoi Karl Lagerfeld ?

Il mettait des mélanges. Il aimait bien Shalimar, Comme des Garçons, Bois d’Argent, Tom Ford. Partout où il allait, il laissait son odeur. Et il n’utilisait pas le spray. Il achetait des bouteilles d’un litre, étalait ses vêtements sur son lit et aspergeait ses vêtements de parfum. Il n’en mettait jamais sur la peau. L’odeur restait donc différemment. Tu sais quand quelqu’un s’en va, tu ne te rends pas compte mais tu t’accroches à des trucs qui te font penser à lui et l’odeur en fait partie.

Karl m’a offert un parfum fait par Hedi Slimane pour Dior, Eau noire, et quand je ne suis pas en forme, je ne peux pas le mettre. Parce qu’il y a des chances que je fonde en larmes. Mais si j’ai un dîner où je dois me sentir costaud, je m’en asperge. Et là, j’ai flashé sur un parfum Céline que je suis contente de mettre le matin parce que c’est un clin d’œil à Karl et à Hedi. Il y avait vraiment un fort attachement entre les deux.

© @worldwidezem/Konbini

Karl Lagerfeld lisait beaucoup. Avait-il un livre préféré ?

Il lisait beaucoup et très vite, des essais, de la poésie… Il aimait beaucoup Emily Dickinson et Keyserling. Le côté roman ne l’intéressait que si c’était divinement écrit. Le premier livre qu’il a lu, à 9 ans, était Béatrix de Balzac mais le livre qui l’a incité à apprendre à lire, c’est Das Nibelungenlied. C’est une grande histoire de vengeance, presque mythologique.

“Et pour les gens du métier, il restera l’idée que Karl a révolutionné le rythme de la mode et le mode de communication de la mode”

Il restera quoi de Karl Lagerfeld pour les générations futures ?

Si tu me parles des jeunes, je dirais une image, une attitude et un look. Si tu me parles de la mode, il restera une marque, déjà. Parce que la marque Karl Lagerfeld marche très bien et va faire de plus en plus parler d’elle. Là, on est en train de développer l’architecture et l’hôtellerie. Et à partir du moment où tu as des hôtels un peu partout dans le monde, ton nom est là pour rester. Pour les gens du métier, il restera l’idée que Karl a révolutionné le rythme de la mode et le mode de communication de la mode.

Comme l’idée de faire ces défilés gigantesques, c’est se garantir des millions d’euros de couverture presse qui sont devenus des millions de vues avec l’arrivée des réseaux sociaux. Et c’est quand même un truc que Karl a initié. Je sais que Karl Lagerfeld, pour la Gen Z, ce n’est pas un nom qu’ils connaissent forcément. Mais le profil, le visage, le caméo avec les lunettes… ça, par contre même s’ils ne sont pas sûrs du nom, ils savent tous identifier que c’est quelqu’un de la mode qui avait un certain look. Et c’est notre travail à nous de faire en sorte que ce cameo reste une marque très identifiée sur le marché de la mode, même par les plus jeunes.

© @worldwidezem/Konbini

© @worldwidezem/Konbini