AccueilLifestyle

Pizza à la truffe, pâtes aux truffes… On vous explique pourquoi il faut (vraiment) arrêter avec les truffes

Beurk

Pizza à la truffe, pâtes aux truffes… On vous explique pourquoi il faut (vraiment) arrêter avec les truffes

Publié le

Image :

©Luc TEBOUL

"Manger de la truffe, c’est comme goûter un mélange de ce qu’il y a de pire dans la forêt et dans la mer."

À voir aussi sur Konbini

Lorsque l’univers a vu le jour, qu’importe son origine, les champignons sont venus au monde pour deux raisons : créer de bons jeux vidéo où une espèce de champignons éradique l’humanité et agrémenter subtilement nos mets divers et variés. Puis, comme une personne pas du tout invitée à une soirée mais qui débarque avec des bières tièdes et entamées, la truffe est arrivée tout sourire. Depuis, elle nous fait vivre un enfer.

Déjà, c’est vraiment pas bon

Certains me signaleront de mettre en avant un avis personnel plutôt qu’une fausse vérité générale, de dire “je n’aime pas ça” plutôt que “ce n’est pas bon”. Mais ils ont tort. La truffe n’est objectivement pas bonne. Je dirais même que c’est dégueulasse.

La truffe s’impose beaucoup trop

Au-delà de son goût qui fait débat, la truffe est aussi un aliment qui s’affiche trop. Comme la coriandre, la truffe possède cette intarissable capacité à faire de l’ombre aux aliments en prenant toute la place dans l’assiette. Une fois goûtée, elle annihile toute recette. Mais là où elle fait pire que la coriandre qui, elle, a l’amabilité de ne dégager qu’une faible odeur, la truffe empeste dans toute la salle. Que dis-je ? Tout l’immeuble. C’est un enfer.

C’est beaucoup trop cher

Dans tous les restaurants, le plat à la truffe est TOUJOURS le plat le plus cher. La pizza à la truffe, c’est 3 à 4 euros plus cher que sa compatriote la Margherita. Idem pour les pâtes aux truffes. Vous pensez qu’on a tous des billets violets sur nous pour acheter ce genre de trucs ? La truffe noire, c’est 500 à 1 000 euros le kilo, pendant que la truffe blanche voit son prix plus que quadrupler par rapport à sa sœur. Une truffe blanche de 1 kg a même déjà été vendue aux enchères à 120 000 euros, soit 120 euros le gramme.

Non, ajouter de la truffe n’est pas cool

Avec les pâtes et les pizzas, on se met à foutre de la truffe dans tout ce qui se boit et se mange. L’huile de truffe devient la mode et met au placard la bonne vieille huile d’olive tant adorée. On nous invente des chips à la truffe alors qu’on vient de s’accommoder aux délicieuses chips aux légumes. C’est quoi la prochaine étape ? Des vêtements à la truffe ? De l’électroménager à la truffe ? On offre au monde de la restauration une belle route parsemée de fleurs mais il préfère emprunter l’A10 qui relie Orléans à Blois.

Quelques témoignages marquants

“Ça a l’odeur de la tristesse et le goût du désespoir.” – Eliane, qui visiblement n’est plus heureuse depuis la truffe.

“J’ai une collègue qui empêche la tablée de commander quoi que ce soit à la truffe.” – Pharrell, qui ne sait plus quoi commander au restaurant.

“Si une table à côté de moi au resto prend de la truffe, mon repas est gâché. C’est un des trucs qui me dégoûte le plus au monde, c’est une saveur qui colle au palais, et ça a le goût de vieux, déso pas déso.” – Francesca, qui passe plus de temps à choisir sa table que son plat.

“Beaucoup trooooop surcotée, pire odeur et texture, vraiment. Je fais quand même des efforts socialement quand des gens mangent un plat à la truffe autour de moi, alors qu’en vrai de vrai, elle est dans mon top 3 des pires aliments (avec les huîtres et anchois. Je vais me faire des ennemis, oui).” – Sélima, qui se trouve socialement étouffée par la truffe.

“C’est comme manger un mélange de ce qu’il y a de pire dans la forêt et dans la mer, ça me rappelle l’odeur de la marée basse pleine de vase.” – Manuel, qui depuis vit dans une station spatiale (pas de truffe dans l’espace).

“Aimer la truffe = être de droite.” – Robin, qui finalise sa pancarte avant de descendre sur le boulevard.