AccueilLifestyle

Papier bulle, pulls tricot et mannequins cagoulés pour le lancement de la Fashion Week de New York

Papier bulle, pulls tricot et mannequins cagoulés pour le lancement de la Fashion Week de New York

Publié le , modifié le

Image :

© Charly Triballeau/AFP

Le thème de cet automne-hiver 2024 est la protection face à la dureté du monde.

Tissu en forme de papier bulle chez Helmut Lang, compassion et amour magnifiés chez Willy Chavarria : le thème de la protection face à la dureté du monde a dominé les défilés au premier jour de la Fashion Week de New York automne-hiver 2024.

À voir aussi sur Konbini

Papier bulle chez Helmut Lang

“J’ai la sensation qu’en vivant à New York, il peut se passer beaucoup de choses en une journée. Et j’ai envie de fournir un outil qui vous permette d’être prêt pour tout ce qui peut arriver”, a expliqué le créateur américano-vietnamien Peter Do, juste après le défilé.

Couturier en vogue, également à la tête de sa propre ligne, Peter Do a été chargé de réinventer le cool chic et l’esthétique minimaliste d’Helmut Lang qui avaient marqué la mode des années 1990 et 2000, avant que son créateur autrichien ne claque la porte. Aujourd’hui, la marque appartient au géant japonais Fast Retailing, également propriétaire d’Uniqlo.

Sous la coupole d’une ancienne grande banque, dans le quartier branché de Williamsburg à Brooklyn, Peter Do a donc revisité quelques inventions de son lointain prédécesseur, comme un tissu en forme de papier bulle blanc, noir ou orange, fabriqué à partir de soie et qui peut se porter en pantalon, en veste ou en blouson bombardier.

Manteaux de laine surdimensionnés, vestes matelassées, cols remontés au-dessus de la nuque, capuches, cagoules, le thème de la collection, “protection et projection”, était rappelé sur chacun des looks. Certains sont inspirés des tenues d’astronautes, tandis que la palette des couleurs reprend l’orange vif, presque fluo, des combinaisons de pompier. “Je veux que les rues soient représentées”, a ajouté le créateur.

Compassion et amour chez Willy Chavarria

Fraîchement auréolé du prix du meilleur créateur homme 2023 du syndicat américain de la mode (CFDA), Willy Chavarria a assuré un ambitieux spectacle vendredi soir dans un décor industriel, toujours dans Williamsburg. Dans ce lieu sombre, éclairé aux bougies, le défilé intitulé “Safe From Harm” (“À l’abri du danger”) a été précédé d’un court-métrage sur grand écran, un film muet mais plein de tension, caméra au plus près de personnages aux corps tatoués et rugueux mais qui se protègent les uns les autres. Parmi les acteurs figuraient le chanteur italien Mahmood et le modèle et militant pour les droits des transgenres Kai-Isaiah Jamal.

Les yeux du public n’étaient que plus attentifs à la suite, une collection qui empruntait autant à la mode américaine qu’aux origines paysannes et mexicaines de Willy Chavarria, natif de Californie. Devant un public très diversifié, l’énergie et la fierté se dégageaient des chapeaux de rancheros, d’une chemise à grand col où bourgeonne une gigantesque rose, de longs manteaux sur des vestes aux épaules carrées, ou de pantalons amples aux plis volumineux et dansants.

Avec le film, “je voulais voir comment les vêtements évoluent avec nous, dans nos vies. Je ne voulais pas non plus faire quelque chose qui nous détourne de la réalité, des guerres que nous connaissons et de toute la merde qui règne dans le monde”, a ensuite expliqué Willy Chavarria, qui revendique une mode politique et apôtre des différences. Le couturier est de plus en plus demandé, de la star portoricaine du reggaeton Bad Bunny à la chanteuse Billie Eilish.

Hommage à New York pour Tommy Hilfiger

Alors que sa marque s’apprête à fêter ses 40 ans, Tommy Hilfiger a rendu hommage à New York dans un lieu emblématique de Manhattan, le restaurant Oyster Bar niché au sous-sol de la gare Grand Central. Devant des stars de la musique sud-coréennes comme Lee Junho ou Nayeon, et sur fond de hip-hop et de disco mixé par le DJ Questlove, TH est resté fidèle au style “preppy”, à la fois sport et BCBG, entre cravates universitaires et casquettes de base-ball omniprésentes.

Sous les plafonds voûtés et carrelés, Hilfiger, 72 ans, a aussi ébloui le gratin de Manhattan avec un flot de blazers et de pulls tricot épais sur des chemises boutonnées en coton aux larges cols des années 1990. Clou du spectacle, le jazzman Jon Batiste, veste sport aux manches en cuir de la marque, est entré en gare et a chanté son tube “FREEDOM” devant la foule. Juste après lui, Hilfiger a salué son public, veste sur le dos ornée des mots “Empire State” – le surnom de New York – et des noms de ses cinq arrondissements.