L’œil de la Formulix : “J’ai découvert la Formule 1 à Monaco, lors du sacre de Charles Leclerc que je ne connaissais pas il y a 3 jours”

L’œil de la Formulix : “J’ai découvert la Formule 1 à Monaco, lors du sacre de Charles Leclerc que je ne connaissais pas il y a 3 jours”

Image :

Photo by Emmanuele Ciancaglini/Ciancaphoto Studio/Getty Images

photo de profil

Par Lucie Bacon

Publié le

"C’est un peu comme la téléréalité : il y a des dramas et en même temps de la compétition."

Il y a quelques semaines, j’ai été invité au GP de Monaco par une des écuries du paddock, la championne du monde en titre pour ne rien vous cacher. Je voulais proposer à mon super collègue Baptiste, avec qui j’avais couvert le GP de France il y a deux ans, de m’accompagner. Mais Baptiste a quitté Konbini il y a quelques jours (snif), alors j’ai pensé à Méline, la social media manager de Konbini, pour qu’elle vienne avec moi tourner plein de petites vidéos (sa spécialité) avec moi à Monaco.

À voir aussi sur Konbini

Après avoir filmé Bella Hadid et Nabilla, Méline est arrivée de Cannes sur le Rocher avec sa grosse valise. Elle a donc découvert la Formule 1 à mes côtés, ce week-end, avec en apothéose le sacre du prince Charles Leclerc à domicile. Pour vous, Méline débriefe donc son week-end et surtout, nous parle de sa nouvelle passion.

Ce papier est un rappel pour vous dire que vous pouvez vous intéresser à tout, tout le temps, même si vous partez de zéro. Message aux gros, gros fans de F1 : laissez kiffer les Formulix !

Pourquoi tu es venue à Monaco ?

Ma collègue Lucie a décidé de choisir la meilleure personne pour l’accompagner en voyage de presse, c’est-à-dire moi, qui n’y connais absolument rien à la Formule 1. Donc j’ai accepté car je trouve ça nul, la voiture, alors autant voir ce que ça donne en vrai.

Tu savais quoi de la Formule 1 avant de venir ?

Rien. Je sais juste que le dimanche, il n’y avait pas Walker Texas Ranger parce qu’il y avait de la Formule 1 parfois quand j’étais petite et j’avais le seum car Walker Texas Ranger, c’était mon truc préféré. Il y a des noms que je connaissais, genre Hamilton, ou Michael Schumacher, mais je ne sais pas à quoi ils ressemblent. Je connaissais Pierre Gasly aussi, mais si je ne travaillais pas à Konbini, je ne le connaîtrais pas. Et Leclerc aussi, grâce à TikTok.

Tu t’attendais à quoi ?

Je m’attendais à quelque chose d’important, mais je ne pensais pas que c’était institutionnel à ce point. On voit que pour les Monégasques, c’est une fierté. Comme c’est un tout petit endroit, c’est hyper-impressionnant.

En quoi a consisté ton week-end ?

Voir des voitures, hein ! On a regardé la qualif samedi en tribunes, et dimanche le vrai match, enfin je ne sais pas comment on dit…

La course…

On a regardé la course. Au début, je ne comprenais rien, même à ce qui était écrit sur l’écran [les temps, ndlr], et en fait c’est hyper-facile à comprendre !

Tu as retenu quoi de la course ?

C’est Leclerc qui a gagné à domicile, c’est un bon. J’ai reçu des messages de gens qui me disaient que c’était le GP le plus stylé depuis plusieurs années. La course en elle-même était un peu molle mais le moment était historique. Donc je suis hyper-contente.

Ça ne t’a pas paru trop long, la course ?

Au milieu, c’était un peu long, il ne s’est pas passé grand-chose mais on m’a expliqué que le circuit ne permettait pas de doubler facilement, donc il n’y a pas eu trop de rebondissements. Je ne garantis pas de ne pas décrocher si je regarde à la télé.

Tu as accroché, là ?

Oui ! Il faut savoir que moi, je ne regarde pas trop de sport, car dès que j’en regarde, quand il y a un événement, même du foot, j’ai la boule au ventre de stress. Là, c’était pareil. C’était stylé parce que j’y étais, mais ça me stresse !

Mais tu as kiffé ?

Oui !

À partir de quand tu as kiffé ?

Quand j’ai entendu le moteur des voitures ! C’est une dinguerie, j’ai vraiment ressenti le bruit, ça a soulevé mon cœur. Je n’aurais pas autant kiffé si j’avais regardé à la télé pour la première fois. C’est hyper-sexy, le bruit des moteurs.

Tu vas continuer à regarder ou pas ?

Oui, j’ai commencé la série Drive to survive hier soir [le soir de la course, ndlr].

Tu vas regarder les courses aussi ou pas ?

Ouais, car en vrai, c’est un peu comme la téléréalité : il y a des dramas et en même temps de la compétition. C’est comme quand dans Les Marseillais, ils doivent aller faire un job, c’est trop stylé.

Tu as un pilote préféré maintenant ?

Ocon !

Il a raté sa course dimanche…

Je m’en fous, je le sens bien. Ça se voit que c’est un mec de la street.

Article réalisé dans le cadre d’une invitation par Redbull.