AccueilLifestyle

Au Ghana, un député de l’opposition présente ses excuses à Harry Maguire pour l’avoir comparé au vice-président

Le respect est mort

Au Ghana, un député de l’opposition présente ses excuses à Harry Maguire pour l’avoir comparé au vice-président

Image :

© Michael Steele/Getty Images via AFP

avatar

Par Konbini

Publié le

Après avoir utilisé le piètre niveau de Maguire pour descendre un adversaire politique, le député Isaac Adongo loue désormais le défenseur mancunien tout en taclant son opposant.

La vidéo était devenue virale, quand, l’an dernier, le député ghanéen de l’opposition Isaac Adongo avait comparé en pleine séance au parlement le vice-président, le Dr Mahamudu Bawumia, à Harry Maguire. À l’époque, le défenseur de Manchester United faisait l’objet de nombreuses critiques, la comparaison apparaissait donc peu flatteuse pour le membre du gouvernement, jugé d’un piètre niveau par son adversaire politique.

À voir aussi sur Konbini

Chargement du twitt...

Il y a quelques jours, toujours au parlement ghanéen, Isaac Adongo a fait amende honorable auprès du… Red Devil en lui présentant ses excuses, dans une tirade qui risque bien de devenir aussi virale que la première.

“Si vous vous souvenez, l’an dernier, j’ai été très prompt à comparer mon grand frère Mahamudu Bawumia à Harry Maguire. Monsieur le Président [du parlement, ndlr], j’aimerais aujourd’hui présenter mes excuses à Harry Maguire”, a d’abord déclaré le député. “Car, aujourd’hui, Maguire n’est plus le même et est devenu un vrai footballeur. Il marque désormais des buts pour Manchester United et il est maintenant un joueur clé de l’équipe. Quant à notre Maguire [le vice-président], il se balade à présent au FMI avec une tasse de café à la main.”

Chargement du twitt...

Loin d’être rancunier, l’international anglais a accepté les excuses de l’homme politique ghanéen. Sur X, il lui donne même rendez-vous à Old Trafford pour voir un match. Tout est bien qui finit bien, sauf pour Mahamudu Bawumia, qui se mange une nouvelle bastos au parlement.