AccueilInternet

Ouf : votre iPhone 12 est sauvé

Ouf : votre iPhone 12 est sauvé

Par Konbini avec AFP

Publié le

Image :

(© Konbini)

Pas besoin d’en commander un nouveau à Mamie à Noël.

L’Agence nationale des fréquences (ANFR), chargée de contrôler le niveau d’émissions d’ondes radio par les appareils électroniques, a validé la mise à jour proposée par Apple pour abaisser la puissance de l’iPhone 12, dont la commercialisation avait été suspendue, selon un communiqué.

À voir aussi sur Konbini

“Les tests confirment que cette évolution logicielle permet à cet appareil de respecter la valeur limite de DAS localisé ‘membre’ [qui correspond à l’énergie absorbée par le corps humain lorsque le téléphone est tenu dans la main, ndlr], et donc de respecter les normes en vigueur”, a indiqué l’agence. “Il appartient désormais à Apple de diffuser cette mise à jour logicielle à tous les utilisateurs d’iPhone 12”, poursuit-elle, après quoi l’interdiction de la commercialisation de l’appareil pourra être levée.

Dans le détail, la valeur du DAS “membre”, qui atteignait 5,74 watts par kilogramme lors des précédents tests, a été ramenée à 3,94 W/kg, juste en dessous de la valeur limite de 4 W/kg.

Le soir du 13 septembre, alors qu’Apple célébrait la présentation de son nouveau modèle, l’iPhone 15, l’ANFR et le ministre chargé du Numérique Jean-Noël Barrot avaient surpris le monde des télécoms et de nombreux usagers en annonçant la suspension en France de la commercialisation de cet appareil sorti en 2020 et déjà en fin de carrière, excepté à la revente.

L’ANFR fait régulièrement baisser la puissance d’émission des smartphones mais il s’agissait d’une première pour Apple. Après avoir défendu la validité de ses propres mesures, le groupe américain avait fini par se plier aux exigences de l’agence française en annonçant préparer une mise à jour. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), “rien n’indique pour l’instant que l’exposition à des champs électromagnétiques de faible intensité soit dangereuse pour la santé humaine” et ce, “malgré de nombreuses recherches”.