AccueilÉDITO

Pourquoi le rachat de Soundcloud par Twitter inquiète

Publié le

par Arthur Cios

D'après le site Recode, Twitter serait en négociation pour racheter Soundcloud. Il s'agirait de la plus grosse acquisition pour le réseau social à l'oiseau bleu. 

Twitter rachètera-t-il Soundcloud ? Celui qu'on appelle le "YouTube audio" a vu sa valeur grimper ces derniers mois, et vaudrait désormais 700 millions de dollars. Si aucune des deux parties n'a confirmé le deal pour l'instant, plusieurs éléments vont dans ce sens.

Ce que Twitter peut y gagner

Tout d'abord, pourquoi Twitter serait-il prêt à investir 700 millions de dollars ? Depuis l'introduction en bourse du site de microblogging il y a six mois, son action est en chute libre : selon Les Échos, elle a perdu 56% de sa valeur depuis décembre 2013. En cause, un nombre d'utilisateurs qui n'augmente pas assez pour permettre des rentrées financières suffisantes.

Twitter a déjà racheté Mopub (un outil qui permet aux éditeurs d'applications mobiles de gérer leurs flux de publicité) pour 300 millions de dollars. Une acquisition qui n'a pas semblé rassurer Wall Street. L'acquisition de Souncloud serait alors l'occasion rêvée de changer la donne et faire grimper son action. La plateforme de distribution audio allemande a une base de 250 millions d'utilisateurs, soit autant que Twitter. Si les deux se regroupent, cela aiderait sans nul doute à la croissance du réseau social.

Twitter n'en serait pas à son premier coup d'essai. Réalisant l'impact du partage de musique sur son réseau, le site américain avait lancé il y a quelques mois Twitter Music, une application musicale... qui s'est avérée être un cuisant échec, poussant la maison mère à la fermer il y a un mois.

Point important, niveau partage de contenu, les twittos auraient tendance à utiliser Soundcloud beaucoup plus que Deezer, Spotify, etc.

Soundcloud en sortira-t-il vivant ?

Le succès de Soundcloud provient de son indépendance et certains le voient comme un Myspace 2.0. N'importe quel utilisateur peut partager sur son compte ses chansons, mais c'est bien cela qui peut poser souci. Comme YouTube à ses balbutiements, et contrairement à tous ses concurrents, Soundcloud n'a signé strictement aucun contrat de licence avec les labels. La plateforme serait dans une sorte de zone grise d'un point de vue légal concernant le copyright.

Cela explique pourquoi certains artistes ne sont pas présents sur le réseau. Un accord avec Twitter forcerait le site à résoudre ce problème, lui permettant probablement d'élargir sa gamme d'artistes.

Eric Wahlforss et Alexander Ljung, co-fondateurs de Soundcloud (Crédits image : Forbes)

Le revers de la médaille se trouve également à ce niveau-là. Premièrement, toutes les chansons uploadées par des utilisateurs autres que les artistes devront être supprimées. Dommage collatéral à ajouter à cela, tous les remixes composés sans accord préalable devront donc être retirés.

Par exemple, le management de Disclosure fait systématiquement retirer du site allemand toutes les versions non adoubées, comme les remixes de Ryan Hemsworth, Ta-ku ou Lido. L'indépendance de chaque compte a fait le succès du site, et a permis à de nombreux artistes de monter très facilement. C'est ce concept qui risque d'être mis à mal.

Autre élément à prendre en compte, la publicité. Si elle est plutôt absente du site de streaming, un tel accord risque de changer la donne. Les revenus de Soundcloud ne sont pas pharamineux, tandis qu'on estime à 1 milliard de dollars l'apport des publicités sur Twitter. La publicité est le cœur des préoccupations des actionnaires. Ils estiment qu'elle est le vecteur de croissance du réseau social, la preuve par l'achat de Mopub. Il est donc certain que l'on trouvera des pubs sur le Soundcloud, voire même avant les chansons comme sur Deezer par exemple.

Les mastodontes du web

Ces derniers mois, les annonces de rachat ont inondé Internet. En tête de liste, Facebook, Google et Twitter. WhatsApp et Instagram ont coûté au total 20 milliards de dollars à Facebook. Les trois géants du web sont dans une course à l'investissement qui ne semble jamais s'arrêter. Racheter, racheter, racheter. Pour ne pas sombrer dans l'oubli, pour élargir ses services, pour écraser la concurrence.

Le refus par Snapchat des 3 milliards de dollars proposés par le réseau social de Mark Zuckerberg pour son rachat a incité ce dernier à lancer une application similaire dans le but de rivaliser avec la start-up. De même, Google a annoncé s'intéresser à Twitch, le diffuseur de parties de jeux vidéo qui avait fait parler de lui avec l'épique partie géante de Pokémon rouge. Si les vidéos de gamers se multiplient sur YouTube, la plateforme en passe d'être rachetée présente de nombreux avantages qu'elle souhaite s'attribuer (retransmettre ses parties en live, visibles par tous, avec commentaires, etc).

Certains y voient la possibilité pour certaines start-ups de s'accroître grâce à de nouveaux fonds. D'autres y voient l'impossibilité de construire quoi que ce soit. Se faire racheter dès qu'on a un concept innovant, ou être mis à mal par l'un des trois leaders de l'Internet. C'est ce qui semble être le destin des nouvelles start-up du web, le cas Snapchat en étant la preuve. Quoi qu'il en soit, le rachat de Soundcloud a de quoi inquiéter. Wait and see.

À voir aussi sur konbini :