AccueilÉDITO

Vidéo : Pierre-Emmanuel Barré règle leur compte aux abattoirs

Publié le

par Jeanne Pouget

Si vous êtes végétarien et que vous en avez marre de devoir justifier votre choix tout le temps, la dernière chronique de Pierre-Emmanuel Barré sur France Inter devrait vous faire du bien.

L'Assemblée nationale a voté, le jeudi 12 janvier, l'obligation d'installer des caméras de surveillance dans les abattoirs de France à partir de 2018, afin d'empêcher les cas de maltraitance des animaux constatés dans certains établissements. Une mesure insuffisante selon les défenseurs des bêtes mais aussi pour Pierre-Emmanuel Barré, végétarien depuis deux ans, qui résume à merveille la vacuité d'une telle mesure qui constitue une bien maigre avancée face aux enjeux de la souffrance animale. Il démolit au passage les arguments de ces viandards "au sommet de la chaîne alimentaire" qui nous soûlent avec leurs discours sur les carences nutritionnelles que causerait le végétarisme et l'homme qui serait un chasseur par nature.

Déjà, Pierre-Emmanuel Barré souligne que le sujet ne passionne pas les élus – seulement 32 députés sur 577 étaient présents dans l'hémicycle pour voter cette loi – probablement trop occupés "à sucer un os à moelle ou un lobbyiste de chez Charal". Il rappelle au passage que l'Assemblée attire déjà plus de monde quand il s'agit de voter en faveur d'une augmentation des indemnités des élus. Tout ça pour finalement voter une loi qui instaure la vidéo surveillance dans les abattoirs : "Vous emmerdez pas les mecs, si on a envie de voir des gros porcs qui gueulent, on a déjà La Chaîne parlementaire".

"Moi je ne suis même pas pour améliorer les conditions d'abattage, je suis pour fermer les abattoirs", balance le chroniqueur. Une position peut-être extrême, mais partagée par la plupart des végétariens. "Qu'est-ce que ça veut dire 'être abattu dans de bonnes conditions' ? Tu fais un petit massage aux poulets avant de les décapiter ? Tu branles les moutons avant de les exécuter au pistolet à clou ?", se moque-t-il pour étriller un concept absurde et irréaliste. "Tu ne peux pas tuer gentiment. Ce sont deux termes qui ne vont pas ensemble, c'est comme violer sensuellement."

"C'est la loi de la nature, on est au sommet de la chaîne alimentaire"

La plupart des végétariens ont déjà entendu cette remarque du viandard fier de lui et qui a tout compris au sens de la vie : "Ouai euh je mange de la viande si je veux euh... Ouais euh c'est la loi de la nature, on est des prédateurs au sommet de la chaîne alimentaire". L'homme, ce grand prédateur, qui s'en va donc chasser au rayon boucherie de son supermarché en bas de chez lui... comme le résume parfaitement le comédien :

"Il y aurait quand même vachement plus de végétariens si quand t'arrivais au McDo on te filait deux tranches de pain, une tranche de fromage, une vache vivante et un couteau :

– Tenez monsieur, votre cheeseburger ! Et pour le petit ce sera quoi ?

–  Un Happy Meal avec un Filet-o-Fish. C'est quoi le cadeau?

– C'est une canne à pêche pour que t'ailles le pêcher toi-même ton Filet-o-Fish, fils de pute."

Parmi la pléiade d'arguments magiques, celui des carences alimentaires et le développement altéré du corps et du cerveau. Réponse : "J'te rappelle qu'Einstein était végétarien alors qu'Hanouna bouffe des merguez au goûter." Bref, la prochaine fois que votre voisin de table vous demande pourquoi vous êtes végétarien – vous rappelant au passage que vous vous dressez contre l'ordre de la nature –, économisez votre salive et balancez-lui l'URL de cette vidéo dans la gueule.

À lire -> Vidéo : l’absurdité de l’élevage intensif dézinguée par Nicolas Meyrieux.

À voir aussi sur konbini :