AccueilÉDITO

L'Agence française pour la biodiversité ouvrira le 1er janvier 2017

Publié le

par Jeanne Pouget

©SHAWSHANK61/Pixabay

La ministre de l'Écologie Ségolène Royal a annoncé le lancement de l'Agence française pour la biodiversité (AFB) à la date du 1er janvier 2017, afin de préserver et de restaurer notre l'environnement.

© SHAWSHANK61/Pixabay

Le projet de création d'une Agence française pour la biodiversité faisait partie du programme quinquennal de François Hollande, en s'inscrivant dans le cadre de la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages. Un projet qui date de 2012 et qui sera opérationnel au 1er janvier 2017.

Cette agence, qui regroupe plusieurs structures nationales existantes, répondra aux enjeux de protection et de valorisation de la biodiversité terrestre, aquatique et marine en France (métropole et outre-mer). Sa vocation sera de "répondre aux enjeux de société posés par la perte de biodiversité et la dégradation des milieux, faire de la protection de la biodiversité une source de développement durable et d’innovation". Parmi ses missions : l'extension des zones marines protégées, le "zéro pesticide" dans les espaces publics, la pollinisation des territoires, mais aussi "des missions de police de l'environnement", indique encore Ségolène Royal.

Faire de la France un pays d'avant-garde

L'annonce du vote unanime en faveur de la création de l'Agence française de la biodiversité est aussi l'occasion pour la ministre de rappeler son bilan au ministère de l'Écologie. Ségolène Royal peut en effet se féliciter d'avoir par exemple étendu la surface des aires marines françaises protégées de 4 à 20 % en cinq ans. Prendre des décisions concrètes en faveur de l'environnement est urgent tandis que 60 % des espèces vivantes dans le monde se trouvent en situation de fragilité.

Ainsi, l'Agence française pour la biodiversité s'appuiera sur trois grands principes fondamentaux : valoriser le territoire sans détruire la biodiversité, la solidarité écologique en direction des générations futures, ainsi que la lutte contre la surexploitation, la pollution et le réchauffement climatique. Comme l'explique la ministre, cette agence fera office de "bras armé" du ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer et rassemblera des chercheurs et des experts nationaux et internationaux dans tous les domaines liés à l'écologie. Et ce, afin de faire de la France un pays à l'avant-garde de la protection de la biodiversité et de continuer à montrer l'exemple, après avoir organisé et ratifié l'Accord de Paris.

À lire -> 196 pays se rassemblent à Cancún pour protéger la biodiversité

À voir aussi sur konbini :