Pochette de l’album Planet

Comment Tech N9ne a construit Strange Music, le plus grand empire indé du rap US

Le rappeur de Kansas City a sorti le 2 mars son nouvel album studio, Planet. L’occasion pour nous de revenir sur sa plus grande prouesse : la création de son label indépendant, Strange Music.

Tech N9ne sur la pochette de son opus Planet. (© Strange Planet)

"I was born in November, 8th day, 1971st y’all. 9 o’clock in the morning a Christian girl in Kansas City gave birth, yaah", chante le rappeur dans l’intro de son morceau "Klusterfuk" extrait de l’EP éponyme sorti en 2012. Cet enfant s’appelle Aaron Dontez Yates et deviendra le rappeur Tech N9ne. A priori, peu d’entre-vous le connaissent, pourtant, c’est à lui que l’on doit la plus grande réussite indépendante du rap game américain : Strange Music.

Publicité

Son blaze, il ne l’a évidemment pas choisi au hasard. En effet, Tech N9ne est étrange, de son visage grimé à son look punk, tout comme sa musique, sombre et à des années-lumières de ce que l’industrie musicale propose. Ses textes sont noirs, souvent horrorcore et ses sonorités oscillent entre rock, punk, metal électro et hip-hop. Tech N9ne c’est tout ça, mais c’est surtout une voix rauque unique et une technique au micro à couper le souffle.

Seulement voilà, à ses débuts, le MC au talent pourtant incontestable souffre de sa différence. Les grands labels ne veulent pas de lui et, en dépit de quelques contrats signés par-ci, par-là, il décide finalement de faire cavalier seul. Dans ses premières aventures musicales notables, il participe en 1999 au morceau "The Anthem" sur l’album This or That de Sway & King Tech avec plusieurs invités tels qu’Eminem, Xzibit ou encore RZA.

La même année, c’est Travis O’Guin, alors fan de sa musique, qui décide de prendre sa carrière en main. Ensemble, ils se lancent dans l’idée folle de créer en totale indépendance leur propre label. Mais savaient-ils avant de choisir le titre du premier album de l’artiste, The Calm Before The Storm, que la graine qu’ils avaient plantée allait prendre des proportions gigantesques ? Rien n’est moins sûr.

Publicité

Strange Music, c’est Tech N9ne en tête…

Disons-le sans attendre : en presque vingt ans de carrière, Tech N9ne cumule dans sa discographie 19 albums studio, trois compilations, six EP, une mixtape et cinq bandes originales, soit un total de 34 projets différents hors singles. Faites le calcul, c’est en moyenne presque deux projets par an. Et contre ceux qui disent que tous ces projets se ressemblent, nous affirmons qu’il n’en est rien.

En effet, le rappeur au flow mitraillette ne reste jamais sur ses acquis et ne cesse d’explorer de nouvelles pistes, de prendre des risques. Une stratégie payante puisqu’à chacune de ses sorties, c’est l’effet de surprise qui prime. Le seul reproche qu’on pourrait lui adresser serait de ne pas être capable, indépendance oblige, d’élargir comme il se devrait sa fan base. Aujourd’hui encore, il est dans l’ombre des mastodontes de l’industrie hip-hop. Il passe quasiment inaperçu, même auprès de certains des auditeurs de rap les plus assidus, et c’est fort dommage pour un artiste de son envergure.

Publicité

Si ses premiers albums connaissent un succès relatif, c’est avec son quatrième LP, Absolute Power (sorti en 2002), qu’il réussit son premier tour de force : l’opus se vend à plus de 250 000 exemplaires alors qu’il était également disponible en téléchargement gratuit. Progressivement, celui qui se fait appeler le King of Darkness gravit les échelons et obtient un succès critique à chaque projet. Fort de cette ascension, il s’est même octroyé ces dernières années les services du fleuron du rap US : Eminem, Kendrick Lamar (il est d’ailleurs l’un des premiers artistes à le faire sortir de l’ombre), Snoop Dogg, Busta Ryhmes et Lil Wayne pour ne citer qu’eux.

La consécration ultime, il l’atteint en juin 2017 : 18 ans après avoir monté son entreprise musicale, Tech N9ne obtient son premier single de platine pour son titre "Caribou Lou", sorti en 2006. Peu d’artistes indé, dans le hip-hop de surcroît, peuvent se vanter d’en avoir fait autant. D’autant que depuis la sortie de son dernier album, Planet, le rappeur a battu un autre prestigieux record. Il est aujourd'hui l'artiste à posséder le plus d'albums qui ont figuré dans le top 10 des charts hip-hop du Billboard. Dix-neuf tout de même ! Du haut de ses 46 ans, cette nouvelle prouesse ne devrait pas le motiver à s'arrêter de sitôt. Pas mal pour un indé non ?

Publicité

… mais c’est aussi les Tech N9ne’s Collabos

Dire que Tech N9ne a érigé seul son empire serait une erreur. Certes, il en a jeté les premières fondations et en tient fièrement les rênes, mais Strange Music ne serait pas ce qu’il est sans les artistes qui y collaborent. Au nombre de 18 aujourd’hui, on y trouve Krizz Kaliko, Brotha Lynch Hung, Rittz, Stevie Stone, Big Scoob, Prozak ou encore Mayday. Tous ont sorti une flopée de projets sous l’étiquette Strange Musique – et une fois encore les chiffres donnent le tournis.

Les Tech N9ne’s Collabos forment une véritable famille artistique, que son chef ne manque pas de mettre en avant. Usant de sa notoriété dans la sphère hip-hop, il a signé depuis 2007 une série d’albums éponymes. Au nombre de huit (dont le dernier volet Strange Reign est sorti l’an dernier), ces projets ont un but : promouvoir l’écurie Strange Music et ses nombreux talents. Il faudrait des heures pour tous les écouter, mais le cypher qu’ils ont signé sur le double album Strangeulation devrait vous donner une petite idée de leur niveau.

Et si vous hésitez encore, sachez qu’il a récemment déclaré qu’il comptait à l’avenir élargir son label à la pop. Une nouvelle branche qui s’appellerait Strange Main

Sans oublier les Technicians

Vous l’aurez compris, la plus grande réussite de Tech N9ne, c’est d’être parvenu, à travers son empire musical, à maintenir un rythme de sortie effréné ces vingt dernières années et à s’assurer une longévité suffisamment rare dans le milieu pour être notée.

L’artiste le sait, si son public n’est pas aussi vaste que celui d’un Kendrick Lamar, il est particulièrement fidèle. En effet, les siens se déplacent en masse pour ses concerts, achètent les albums et arborent fièrement les fringues de sa marque. Une communauté active qui aime se faire appeler les "Technicians" et que Tech N9ne ne manque pas de saluer, que ce soit sur les réseaux sociaux ou en musique.

"Together we are a powerfull force", comme il aime d’ailleurs à le répéter. En cela, on peut donc affirmer sans crainte que Tech N9ne et Strange Music ont encore de beaux jours devant eux. D’autant qu’à l’heure où nous écrivons ces lignes, le bonhomme est peut-être déjà en train de nous préparer un nouveau projet.

Par Jérémie Léger, publié le 05/03/2018

Pour vous :