AccueilCinéma

7 trucs des années 80 dont on est nostalgique

Publié le

par Ariane Nicolas

Le nouveau film de Richard Linklater, Everybody Want Some, nous renvoie au début des 80's, quand on écoutait la musique sur K7, vêtu d'un short en nylon...

Quand on a grandi dans les années 90, on a vécu dans la terreur de ressembler à une personne issue de la décennie précédente. Les années 80, trop facilement résumées au brushing Bonnie Tyler, ont longtemps été synonymes de mauvais goût. Depuis quelques années, elles reviennent doucement à la mode, par petites touches.

Trailer : le nouveau film de Richard Linklater sent bon les années 1980

Dans Everybody Wants Some, Richard Linklater fait un bond de trente ans en arrière. Il filme une bande de potes en formation, quelques jours avant le début des cours à la fac. Des costumes à la bande-originale, tout est parfaitement étudié et nous rend doucement nostalgiques de cette période sur de nombreux plans. Petit passage en revue.

La moustache

Freddie Mercury en 1982. (Steve Jennings / WireImage)

Si les années 80 n'ont pas inventé la moustache, elles lui ont redonné ses lettres de noblesse. A l'instar d'un Tom Selleck, d'un Eddie Murphy ou d'un Freddie Mercury, la moustache 80's se porte décontractée, soit assez large et épaisse. Nul soupçon d'ironie, on affiche ses poils avec décontraction, pour un style à la virilité pépère. Si Ron Swanson est le meilleur personnage de série télé ever, ça tient à quoi, à votre avis ?

Les shorts en nylon

Ils sont pas beaux, peut-être ? (DR)

N'en déplaise à Cristiano Ronaldo, la vraie classe pour un sportif n'est pas de porter le short ajusté au millimètre, mais bien de le choisir en nylon, légèrement moulant, fendu sur le côté et si possible, avec un coloris criard genre vert électrique. De nos jours, il n'y a guère que les coureurs qui s'essaient encore au short en nylon, et c'est bien dommage, parce qu'en plus d'être beau, ce short est top confort et vous pouvez même le piquer à votre moitié.

Les cassettes audio

Cassettes audio are my realityyyyy. (DR)

Avant le streaming, les mp3 et les CDs, la jeunesse affûtait ses goûts musicaux sur d'étranges parallélépipèdes translucides percés de trous crantés. Les cassettes audios, ou K7 en langage SMS, ont fait leur apparition dans les années 60 mais ont été popularisées dans les années 80 avec le baladeur cassette. Richard Linklater ne s'y est pas trompé, l'emblème de son film est justement une K7 dont la pellicule se fait la malle (un grand classique).

Les marcels moulants

Blake Jenner, Tyler Hoechlin et Ryan Guzman dans Everybody Wants Some. Mais surtout Tyler Hoechlin. (Metropolitan Films)

Une image qui parle d'elle-même.

L'aérobic

Aujourd'hui pour faire du sport, on se sent obligé de faire un truc avec un nom exotique, des fringues achetées chez American Apparel et un bracelet FitBit au poignet. Zumba, pilates, running, yoga... Que de chichis ! Dans les années 80, on se musclait le fessier avec l'aérobic. Le nom est moche, les tenues sont ridicules, les gestes sont débiles, mais ça donne la meilleure vidéo du monde.

Les séries télé

Et dire qu'il y en a pour penser que "The Mentalist" est le plus bel homme du monde. (DR)

A l'époque, il n'y avait pas 300 nouvelles séries télévisées par semaine. On ne galérait pas pour jongler entre son PC, sa télé, le câble, le satellite, Netflix, pour tenter de regarder son programme préféré. Les séries télévisées étaient simples, avec des personnages mémorables et derrière la caméra, des réalisateurs efficaces qui ne se prenaient pas pour le futur Stanley Kubrick. MacGyver, 21 Jump Street, K-2000, Supercopter, Magnum, L'Agence tout risque... On aura du mal à faire plus mythique.

La musique YOLO

Avouez, quand vous préparez votre playlist d'anniversaire, vous commencez par vous dire : quelle musique des années 80 je vais pouvoir passer ? Entre Michael Jackson, Madonna, Van Halen et mille et une pépites moins connues, on ne sait plus où donner de la tête.

Certes, on peut trouver des chansons dark, mais globalement les années 80 sont synonymes de YOLO. On danse et on s'en fout. La BO de Everybody Wants Some est à ce diapason, foutraque, joyeux, décomplexé. Parfait pour écouter pendant un road trip... sur radio K7 évidemment.

À voir aussi sur konbini :