AccueilEngagé·e·s

On a classé les meilleures scènes de sexe au cinéma, de la plus suggérée à la plus graphique

Publié le , modifié le

Par Manon Marcillat

De la main de Kate Winslet au plan à trois de Love, petit tour d’horizon de ce qui nous a fait palpiter au cinéma.

On a classé les meilleures scènes de sexe au cinéma, de la plus suggérée à la plus graphique

Pour une éducation des enfants à l’intimité et à leurs droits, pour la représentation de toutes les orientations, pour une sexualité libre, joyeuse et toujours consentie, Konbini s’engage pour l’éducation sexuelle.

Deux vidéos se disputent l’appellation officielle de première production érotique de l’histoire du cinéma : Le Coucher de la mariée, petit film de deux minutes où l’on voit une jeune mariée se déshabiller sous le regard de son mari, réalisé par Albert Kirchner, en 1895, et celle de la danse serpentine, une chorégraphie de seulement 50 secondes où la danseuse américaine Loïe Fuller effectue une danse laissant entrevoir brièvement ses jambes et ses sous-vêtements, réalisée par les frères Lumière en 1896.

Oubliez 365 Dni : voici cinq (bons) films qui vont vous donner chaud

Un an plus tard, en 1897, dans Après le bal, Georges Méliès filmait le déshabillage d’une femme par sa femme de chambre avant son bain. Cette scène est considérée comme la première scène de nudité intégrale du cinéma avant que le code Hays ne vienne, en 1930, encadrer la représentation de la sexualité dans le cinéma américain.

Pour évoquer le sexe de façon détournée, les réalisateurs ont donc redoublé d’imagination – métaphore du train, comme à la fin de La Mort aux trousses, ou de la fleur, symboles phalliques et autres feux d’artifice – pour contourner la censure. En 1968, le code Hays sera remplacé par un système de classification des films par âge qui autorisera la représentation du sexe de façon explicite à l’écran. Certains réalisateurs continueront cependant de privilégier une représentation seulement évocatrice du sexe dans leur film.

De la plus suggérée à la plus graphique, on a donc classé, subjectivement, les scènes de sexe les plus marquantes du cinéma.

#1. La scène de la main dans Titanic

Pour toute une génération de trentenaires, la célèbre main de Kate Winslet contre la paroi humide de la voiture ayant accueilli les ébats de Jack et Rose fut la toute première exposition à la sexualité à l’écran, toujours fermement cramponnée dans nos esprits. Car force est d’admettre que rarement une ellipse ne fut plus efficace, sensuelle et évocatrice sans ne dévoiler plus que quelques baisers et une main sur un sein, de rigueur dans le spectacle très grand public que fut Titanic.

Et vingt-cinq ans après le tournage du film, la célèbre empreinte de main est aussi tenace dans nos souvenirs que sur le décor du film.

Chargement du twitt...

#2. La scène de la poterie dans Ghost

Si Ghost est devenu culte, c’est aussi et surtout pour la séance de poterie nocturne de Demi Moore et Patrick Swayze, apogée érotique du film, autant célébrée que moquée. “Unchained Melody” des Righteous Brothers sur le jukebox, les deux amants insomniaques se retrouvent autour d’un tour de poterie dans une scène qui scellera leur passion, avant l’assassinat de Sam (Swayze).

Glaise humide et gestes évocateurs, cette simple séquence est bien plus sensuelle que les baisers qui suivront. Surpris par le pouvoir érotique et inattendu de la poterie, Jerry Zucker, le réalisateur, aurait finalement décidé de ne pas tourner la scène de sexe qui devait suivre et aurait renvoyé la doublure corps de Demi Moore chez elle. Souvent parodiée, notamment par les ZAZ dans Y a-t-il un flic pour sauver le président ?, la poterie de Ghost continue d’écrire sa légende.

#3. La scène de la pêche dans Call Me by Your Name

“Call me by your name and I’ll call you by mine”. Dès son titre, le film de Luca Guadagnino est extrêmement suggestif. Et c’est justement la force de ce long-métrage où tout se joue dans l’évocation. Le film est articulé autour de la tension sexuelle entre Elio et Oliver qui ne scelleront leur idylle que tardivement et se tortureront autant qu’ils nous torturent.

C’est donc un film très sensuel où l’on ne voit presque rien, à l’exception d’un caleçon reniflé et d’un jeu érotique avec une pêche où Elio, seul dans sa chambre, retire le noyau du fruit pour le pénétrer jusqu’à l’orgasme. Luca Guadagnino et Timothée Chalamet ont tous les deux affirmé en interview avoir testé et approuvé la technique de la pêche en solitaire.

#4. La scène sous la pluie dans Match Point

Lorsqu’on a interrogé la rédaction au sujet des séquences de sexe les plus mémorables du cinéma, c’est l’ardent baiser sous la pluie entre Scarlett Johansson et Jonathan Rhys-Meyers qui s’est imposé et qui semble être gravé à jamais sur nos rétines de jeunes spectateurs.

Adultère, champ de blé et averse estivale ont exacerbé la tension sexuelle rarement égalée entre Nola et Chris. Mais sans la pluie torrentielle en invitée surprise (comme souvent dans les scènes d’amour), le rendu de cette parenthèse semi-érotique serait certainement tout autre.

#5. La scène de la tente dans Le Secret de Brokeback Mountain

La sporadique passion charnelle d’Ennis et Jack, deux beaux cow-boys isolés dans un alpage de l’imaginaire Brokeback Mountain, dans le Wyoming, continue d’irradier l’imaginaire collectif par sa beauté et son intensité (le décès prématuré du très charismatique Heath Ledger n’y est certainement pas pour rien). Leurs premiers ébats dans la tente, filmés dans la pénombre de la nuit – un incontournable pour les réalisateurs qui ne veulent pas montrer le sexe frontalement –, ont donné lieu à l’une des scènes d’amour gay les plus célèbres du cinéma.

Preuve de sa puissance, l’idylle entre les deux cow-boys imprègne encore et toujours la pop culture. La séquence a récemment été reproduite dans les rêves érotiques de Rue d’Euphoria, emblème de la Gen Z, et plus récemment, c’est le rappeur superstar queer Lil Nas X qui a rejoué la scène dans le clip de “That’s What I Want”.

#6. La scène au double point de vue dans Mademoiselle

Le thriller est un terreau fertile et propice aux sous-textes érotiques, surtout quand il prend la forme d’un triangle amoureux et pervers entre une maîtresse, sa servante et un faux professeur de dessin, tout en jeu d’ombres derrière des paravents et de secrets murmurés. Dans ce film envoûtant et esthétiquement sublime, chaque objet a une charge potentiellement sexuelle, qu’elle soit frontale ou suggérée : les sucettes et boules de geisha, bien sûr, mais aussi un dé à coudre ou la désormais célèbre pêche.

Le film est divisé en trois parties et adopte le point de vue des trois protagonistes. Ainsi, le réalisateur offre une double perspective sur la scène de sexe, à la fois graphique et délicate, entre Hideko, la demoiselle, et Sook-Hee, la servante, et témoigne donc à deux reprises de la puissante attraction sexuelle qui unit les deux femmes.

#7. La scène du yacht dans Une fille facile

Dans son quatrième film, Rebecca Zlotowski filme le corps de Sofia, une jeune femme à la sexualité libérée qui assume tirer profit de ses charmes et incarnée par Zahia Dehar, comme une véritable œuvre d’art, à la fois transformé par la chirurgie et objet de fascination. À travers elle, la réalisatrice explore le pouvoir de séduction qu’exercent la richesse et sa monnaie d’échange : le sexe.

Naïma, sa jeune cousine, l’apprendra à ses dépens un soir où elle surprendra son aînée en pleins ébats avec un riche collectionneur d’art dans la cabine de son yacht. Dans cette scène, Zlotowski inverse les rapports de domination habituels et filme le corps de l’homme comme celui de Zahia, qui n’a pourtant cessé d’être objectifié. Mais elle ne l’assagit pas non plus et filme sa jouissance sans tabou ni fausse pudeur dans une scène très érotique vue au travers des yeux de l’inexpérimentée Naïma.

#8. La scène des escaliers dans A History of Violence

Cinéaste du corps, David Cronenberg a décortiqué les différents mécanismes de la violence dans son thriller magistral, et notamment celui du sexe. On assiste donc d’abord à un premier ébat doux, voire ludique, entre celui qui est encore Tom (Viggo Mortensen), sa femme Edie (Maria Bello) et un déguisement de cheerleader.

Mais dès lors qu’Edie découvre le vrai visage de son époux, celui de Joey Cusack, un violent mafieux, une autre scène de sexe vient prendre le contre-pied. Les marches d’escalier inconfortables remplacent alors les joyeux jeux de rôle et leur dispute se mue en un rapport sexuel d’une brutalité inédite au cinéma, qui marquera les corps des acteurs et les esprits des spectateurs. À l’issue de cette séquence, Edie reprend le pouvoir en laissant son mari déculotté gisant en bas des escaliers.

#9. La scène au bord du lac dans L’Inconnu du lac

La totalité du thriller gay d’Alain Guiraudie se concentre aux abords de ce fameux lac, personnage principal du film autour duquel s’articule un fascinant ballet très codifié d’hommes nus qui s’observent, se frôlent, se draguent et concluent dans les fourrés. Malgré cette simplicité de surface, ce huis clos d’extérieur est un condensé d’érotisme et de suspense dès lors que Franck s’éprend du dangereux Michel, un apollon moustachu.

Leur passion offre de belles scènes de sexe, qu’Alain Giraudie dirige avec toujours autant de talent au fil de ses films, d’autant plus érotiques qu’elles sont dangereuses et filmées sans aucun détour. Mention spéciale pour la scène au bord du lac, filmée dans la pénombre de la nuit mais sans fausse pudeur.

#10. Le plan à trois dans Love

… mais aussi toutes les scènes de sexe non simulé du thriller érotique de Gaspar Noé qui rend un bel hommage à la beauté de la symbiose des corps qui prennent, ici, la forme de peintures érotiques.