AccueilArts

Des passants ont montré à Barbara Iweins les objets qu’ils sauveraient en cas d’incendie

Publié le

par Justina Bakutyte

Des extensions, une bouteille de vodka, des photos ou un film fétiche, les objets racontent des personnalités diverses.

Des passants ont montré à Barbara Iweins les objets qu’ils sauveraient en cas d’incendie

© Barbara Iweins

Peut-être vous êtes vous déjà posé cette question : en cas d’incendie ou d’exil, qu’est-ce que vous emporteriez coûte que coûte avec vous ? Si cette interrogation peut à première vue vous sembler anodine, elle a pourtant inspiré la photographe belge Barbara Iweins pour une série de portraits.

En 2009, l’artiste s’embarquait pour un projet photographique ambitieux s’étalant sur cinq années. Son idée de départ ? Prendre en photo des inconnu·e·s dans la rue. Une initiative qui peut fasciner pendant un certain temps. Mais après avoir réalisé plus de 300 portraits, elle a eu la sensation d’avoir entrepris un travail trop superficiel. Interrogée par Konbini, elle explique :

“Je voulais connaître davantage ces personnes, pénétrer dans leur intimité. Je ne voulais pas me contenter de détailler leur tenue comme pourraient le faire des photographes de rue. Au contraire, je voulais les ‘déshabiller’, pénétrer dans leur vie un peu comme un voyeur.”

Olga. (© Barbara Iweins)

Un projet photographique sur cinq ans

Son projet a alors pris une nouvelle tournure. La photographe a pris contact avec une trentaine de passant·e·s – sur les 300 qu’elle avait immortalisé·e·s dans la rue – et leur a demandé si elle pouvait les suivre sur une période de cinq ans. De cette ambition est né le projet Au coin de ma rue, qui livre une esquisse originale de ces vies et de ces personnalités rencontrées au hasard.

“Comme je suis assez timide, je ne voulais pas être trop intrusive. Ainsi, j’ai demandé à ces personnes que j’avais déjà rencontrées de m’apporter des objets qu’elles voudraient sauver si jamais leur maison était en feu.”

Michael. (© Barbara Iweins)

Barbara Iweins assure que même si cette approche – fournir des informations personnelles à partir d’objets – peut sembler à première vue un brin superficielle, elle peut donner un aperçu de ce qui passionne les gens ou encore d’où ils viennent.

“Derrière chaque objet, il y a une histoire qui me permet de mieux connaître celle ou celui qui se trouve en face de moi.”

Anne-Rixt. (© Barbara Iweins)

Sur son blog, la photographe expose chacun de ses portraits et détaille toutes les raisons qui poussent ces personnes à conserver ces différents objets en cas d’incendie. Anne-Rixt explique par exemple qu’une pièce de bois gravée par son compagnon lui rappelle ces moments où ils “passaient leurs nuits ensemble dans le hamac” après s’être rencontré·e·s au Brésil.

Maite explique qu’elle sauverait sans hésiter son collier, car ce dernier lui avait été offert par sa sœur alors qu’elle traversait une période difficile de sa vie. De son côté, Daniel ferait le plein d’alcool, mais il emporterait également avec lui Star Wars, le film qui a marqué sa vie depuis l’enfance. “Ma mère me le mettait lorsqu’elle voulait me couper les cheveux. Elle était sûre qu’une fois devant, je ne broncherai pas.”

Daniel. (© Barbara Iweins)

Cedric. (© Barbara Iweins)

Sophie. (© Barbara Iweins)

Marie Mart. (© Barbara Iweins)

Vous pouvez retrouver le travail de Barbara Iweins sur son compte Instagram et sur son site.

À voir aussi sur Konbini :