AccueilArts

Les masculinités plurielles, libérées et joyeuses mises à l’honneur dans un festival

Publié le , modifié le

Par Pauline Allione

Pendant une semaine, ce festival nantais met en lumière la question brûlante des identités masculines contemporaines.

Les masculinités plurielles, libérées et joyeuses mises à l’honneur dans un festival

© Le Grand T

Comment être un homme en 2023 ? Alors que la vague #MeToo ouvrait la voie, il y a cinq ans déjà, à de nouvelles générations de féministes comme à une foule de questionnements identitaires et relationnels, la masculinité est plus que jamais en tension.

C’est précisément sur la vaste question des identités masculines que porte le festival “Être un homme”, organisé par le Grand T, qui se tiendra dans différents lieux de l’île de Nantes : à l’École nationale supérieure d’architecture de Nantes, aux Beaux-Arts et au Stereolux. Du 31 janvier au 4 février 2023, artistes, chercheur·se·s et militant·e·s sont invité·e·s à explorer le genre et les différentes façons d’incarner la masculinité.

Rencontres, théâtre, projections, installations… Pour repenser les manières d’être un homme, évacuer les comportements toxiques et déconstruire le mythe de la virilité, la programmation est aussi riche qu’éclectique. 

Du drag, des slips chauffants et de la scène

À voir aussi sur Konbini

Pendant cinq jours, le festival verra se succéder de nombreux ateliers gratuits : le public pourra suivre un cours de danse “dégenrée” à l’Ensa de Nantes, découvrir l’univers des drag-queens et kings au Stereolux, créer un fanzine collectif pour déconstruire les vieux schémas et même coudre son propre slip chauffant pour endosser la charge contraceptive avec le collectif les Gonades.

Côté réflexions et performances, le festival invitera le comédien et commissaire du festival Océan pour son stand-up L’Infiltré, dans lequel il aborde son vécu en tant qu’homme trans. Vous pourrez assister à la performance À propos des hommes, sans interprète, qui invite le public à se mettre dans la peau d’un homme luttant contre le patriarcat. Mais aussi écouter une conférence sur les masculinités dans la mode, visionner Les Garçons sauvages de Bertrand Mandico au Katorza, assister au spectacle Alphacalypse du musicien D’ de Kabal, qui clôturera le festival, avant la soirée queer et electro “Pinkwashing”, organisée par Gazole Inc.

Avec sa programmation dense et joyeuse, “Être un homme” mêle les réflexions d’étudiant·e·s, de chercheur·e·s, d’artistes et du public, dépoussière de vieux schémas et fait souffler un vent de liberté sur les masculinités plurielles. Une réflexion indispensable pour vivre son identité sans entrave et construire des relations saines et égalitaires.

Le festival “Être un homme” accueillera le public du 31 janvier au 4 février, à l’École nationale supérieure d’architecture, au Stereolux et aux Beaux-Arts de Nantes. Les ateliers sont gratuits mais de nombreux événements ont une capacité limitée.

Konbini arts, partenaire du festival “Être un homme”.