AccueilArchive

Voies sur berge : 55 % des Parisiens seraient favorables au maintien de la piétonnisation

Voies sur berge : 55 % des Parisiens seraient favorables au maintien de la piétonnisation

Par Clothilde Bru

Publié le

Image :

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Quai_de_Seine_en_piste_cyclable_DSC_4405.JPG

Selon les chiffres de la mairie de Paris…

À voir aussi sur Konbini

Ce jeudi 8 mars, Anne Hidalgo défendait à nouveau sa mesure au micro de France Inter : “J’ai pris hier un nouvel arrêté, en concertation avec l’État, pour maintenir les berges piétonnes.”

Jugée impopulaire par beaucoup de Parisiens, elle serait soutenue par un usager sur deux, selon un sondage relayé par la mairie de Paris : “55 % des Parisiens se disent favorables au maintien de la piétonnisation des berges de la rive droite de la Seine.”

Un sondage qui tombe à pic pour faire passer la pilule du nouvel arrêté, lequel doit être publié vendredi 9 mars au bulletin municipal officiel. Le premier arrêté pris par l’édile de Paris avait été retoqué par le tribunal administratif le 21 février dernier. Mais Anne Hidalgo, bien décidée à terminer le travail de son prédécesseur et mentor Bertrand Delanoë (qui avait fait piétonniser la rive gauche en 2013), ne comptait pas en rester là.

Afin de contourner la décision du tribunal administratif, la maire a mis en place un arrêté permanent sur une nouvelle base légale, “la défense du patrimoine et l’intérêt touristique”.

Selon le sondage réalisé par Ipsos à la demande de la ville, 66 % des Parisiens se disent “favorables à la politique de réduction de la place de la voiture dans Paris”.

C’est l’opposition qui avait porté l’affaire devant le tribunal administratif. À la suite de l’annulation du premier arrêté, la présidente du conseil régional d’Île-de-France, Valérie Pécresse, avait proposé une solution alternative à la piétonnisation. Interrogée ce jeudi matin sur ce scénario, Anne Hidalgo en a profité pour glisser un petit tacle à son adversaire politique :

“Le plan proposé par Valérie Pécresse est de remettre des voitures sur les voies sur berge, tout en laissant une file pour les piétons. Cela prouve qu’elle n’a pas trop dû aller se promener sur les voies sur berge, parce que cette proposition est totalement inopérante et irréaliste.”