AccueilArchive

Des vidéos porno cachées sur YouTube

Des vidéos porno cachées sur YouTube

avatar

Par Juliette Geenens

Publié le

Des pirates auraient trouvé le moyen de dissimuler des contenus pornographiques sur YouTube. Et apparemment Google ne peut pas faire grand chose.

À voir aussi sur Konbini

Torrent Freak, un site dédié à l’actualité de la piraterie sur Internet, affirme que des vidéos porno sont hébergées sur YouTube en toute liberté. Des hackers utiliseraient la plateforme vidéo pour y diffuser de la pornographie, qui plus est piratée. Les conditions d’utilisation interdisent ce genre de contenus et l’algorithme de YouTube est censé empêcher leur publication – tant pour leur caractère pornographique, que pour leur nature de fichiers volés.

Aussi étrange que cela puisse paraître, Google, qui détient YouTube depuis 2006, ne peut censurer ces vidéos, expliquent Torrent Freak et The Independent, Les pirates échappent au scan de Content ID, le logiciel employé par YouTube pour comparer des vidéos entre elles et déceler celles qui ne respectent par les règles de la plateforme.

Les films X ne sont pas répertoriés et sont donc introuvables si on les recherche. Cependant, ils y sont bel et bien hébergés et les utilisateurs peuvent ainsi obtenir leur code embed pour les poster sur un blog ou un site Web. Cette faille leur permet de bénéficier du trafic et des revenus qui en découlent grâce à la monétisation des vidéos.

Du porno en gaélique

Il y a un an, YouTube déplorait l’existence de films porno masqués sur son site. Ils n’avaient pas été tout de suite repérés, tout simplement parce que les intitulés des vidéos étaient en gaélique, un dialecte celtique parlé notamment en Écosse et en Irlande.

Le travail des équipes de modération pour gérer ce problème prend énormément de temps, dans la mesure où les vidéos sont plus difficiles à trouver. De plus, sur Reddit et d’autres forums Web, des internautes ouvrent carrément des topics pour répertorier les contenus pornographiques sur YouTube. Une autre épine dans le pied pour la plateforme de streaming vidéo, qui compte surtout sur les signalements de certains sites et contenus pour accélérer le processus de censure de ces images.