AccueilArchive

The Economist révèle son classement des meilleures (et pires) villes où poser ses valises en 2017

The Economist révèle son classement des meilleures (et pires) villes où poser ses valises en 2017

Publié le

Image :

Melbourne, capitale mondiale du bon vivre, since 2011! (©Yasser Alghofily/Flickr)

Chaque année, le magazine économique The Economist révèle son classement des villes les plus agréables où vivre dans le monde. Voici le cru 2017.

À voir aussi sur Konbini

Comme chaque année, le magazine économique The Economist a analysé 140 villes à travers le monde pour établir un classement de celles où la qualité de vie est la plus élevée. Un classement établi sur la moyenne de cinq critères : la stabilité politique et la sécurité, la santé, la culture et l’environnement (qui analyse tant le niveau de corruption que la censure, en passant par la démocratisation du sport et la nourriture par exemple), l’éducation, et enfin les infrastructures.

Les 10 meilleures villes

  • Melbourne, Top 1, pour la septième année consécutive

Connue pour ses cafés cosy, ses bars, ses ruelles, la ville de Melbourne située au sud de l’Australie est classée pour la septième année consécutive en haut du panier, avec une note de 97,5/100 !

  • Vienne, Top 2, presque ex æquo avec Melbourne

La capitale autrichienne manque de peu la première marche du podium, avec une note de 97,4/100, rageant ! Grâce à elle, l’Europe peut être fière de figurer dans le Top 3.

  • Vancouver, Top 3, recule de quelques places

Pas loin derrière, Vancouver (Canada) est classée à la troisième place avec une note de 97,3/100. Classée Top 1 de 2002 à 2010, elle s’incline désormais devant Melbourne, à quelques centièmes près.

  • Toronto et Calgary (Canada)

Si Vancouver a perdu sa première place, le Canada reste définitivement le pays où il fait bon vivre en 2017, avec trois villes en tout classées dans le Top 10.

  • Adélaïde et Perth (Australie)

Au même titre que le Canada, qui au sud comme à l’ouest comprend trois villes dans le haut du classement. Décidément les deux pays sont difficiles à départager.

  • Auckland (Nouvelle-Zélande)

La petite sœur de l’Australie sait aussi prendre du bon temps. La capitale des kiwis remporte une note de 95,7/100.

  • Helsinki (Finlande) et Hambourg (Allemagne)

L’Europe se rattrape donc sur la fin du classement.

Les 10 pires villes

S’il y a un “Top 10”, il y a donc aussi un “Worst 10″… Et tristement, c’est la ville de Damas en Syrie qui fait office de pire ville où vivre en 2017. Elle figure à la 140e place, avec une note de 30,2/100. Une dégringolade au fur et à mesure des années qui s’explique par le terrorisme dont elle est victime et qui contribue à sa grande instabilité.

Elle est suivie par Lagos au Nigeria, Tripoli en Libye, Dacca au Bangladesh, Port Moresby en Papouasie-Nouvelle-Guinée, Alger en Algérie, Karachi au Pakistan, Harare au Zimbabwe, Douala au Cameroun. Et enfin, Kiev en Ukraine qui, comme le note le rapport, a dégringolé de 20 % dans le classement ces dernières années (contre 16 % pour Damas). Ce qui tend à prouver que les conflits, et en particulier les guerres civiles, qui agitent les pays jouent beaucoup en termes de gain ou de perte de qualité de vie.

Les 5 villes qui s’améliorent

Le rapport prend aussi en compte les villes qui se sont le plus améliorées ces cinq dernières années. Téhéran en Iran a ainsi gagné 5 % de qualité de vie ces cinq dernières années. Ainsi que Dubaï aux Émirats arabes unis (+4,6 %) et Abidjan en Côte d’Ivoire (+3,8 %). Paradoxalement, Harare au Zimbabwe, pourtant classée parmi les villes aux plus faibles taux de qualité de vie, a gagné 3,2 % ces dernières années. Ainsi que Colombo au Sri Lanka avec 2,5 %.

Les villes qui ont le plus dégringolé sont donc Kiev et Damas, suivies de Tripoli (Libye), Detroit (États-Unis) et Moscou (Russie).