Selon l’ambassadrice pour les droits des femmes choisie par Trump, l’avortement est pire que la Shoah

Selon l’ambassadrice pour les droits des femmes choisie par Trump, l’avortement est pire que la Shoah

photo de profil

Par Cyrielle Bedu

Publié le

À voir aussi sur Konbini

Elle pourrait prochainement être l’ambassadrice pour les droits des femmes de Donald Trump, selon le site Politico. Penny Nance est une militante conservatrice, à la tête de l’organisation Concerned Women for America (“Femmes inquiètes pour l’Amérique”).
Très connue des téléspectateurs de la chaîne américaine Fox News, sur laquelle elle est régulièrement invitée, Penny Nance est ouvertement opposée à l’avortement et aux droits pour les LGBTQ+.

“Et si je vous disais que les militants LGBTQ+ travaillaient infatigablement pour infiltrer les écoles et influencer les enfants de tout le pays, écrivait-elle dans une tribune sur le site d’extrême droite Breitbart, en 2015. La plupart des parents ne veulent pas l’entendre, mais c’est la réalité. Les activistes gays vous contournent pour avoir vos enfants, et les écoles sont complices.”

Dernièrement, c’est une autre déclaration choc de la militante qui est remontée à la surface. Comme l’a remarqué Slate, Penny Nance a tout bonnement comparé l’avortement à la Shoah, dans une tribune qu’elle a écrite en 2013 sur l’avortement, sur le site du journal conservateur The Christian Post :

“L’avortement est le combat des droits de l’homme phare de notre époque. Pour la génération de nos grands-parents, la Shoah était la pire atrocité commise contre l’humanité. Près d’un million et demi d’enfants juifs ont été tués dans le génocide nazi.
Ce qui est honteux c’est que depuis longtemps l’Amérique a surpassé ce nombre de petites vies perdues, à cause d’un cruel génocide.”

“Le simple fait que Trump envisage de donner à Penny Nance la responsabilité de programmes destinés à protéger et valoriser des femmes qui sont parmi les plus vulnérables, montre un dédain monumental du président pour la santé et la vie de ces femmes”, a indiqué la vice-présidente du Planning familial américain, Dawn Laguens.

“Ce serait comme mettre une pyromane à la tête d’une brigade de sapeurs-pompiers”, a-t-elle poursuivi.

À lire -> Donald Trump vient d’autoriser les églises américaines à faire de la politique