PenelopeGate : François Fillon promet de poursuivre en justice François Hollande s’il est élu

PenelopeGate : François Fillon promet de poursuivre en justice François Hollande s’il est élu

photo de profil

Par Cyrielle Bedu

Publié le

Jeudi 6 avril sur France Inter, François Fillon a de nouveau affirmé que le chef de l’État était à l’origine de ses ennuis judiciaires. Le candidat de la droite a promis d’entamer des poursuites judiciaires à son encontre s’il est élu.

À voir aussi sur Konbini

– “J’ai toutes les indications qui me permettront le moment venu de poursuivre ceux qui ont fait ça […], assure François Fillon. J’ai les dates, les jours, les personnes qui ont communiqué les documents, etc. Le moment venu, je poursuivrai tous ceux qui sont à l’origine de cette affaire.

– “Vous dites à nouveau, dans Le Point paru ce matin, que c’est François Hollande qui a déclenché cette affaire. C’est François Hollande ?”, demande le journaliste Patrick Cohen.

–”Oui bien sûr”, répond sans sourciller François Fillon.

François Fillon persiste et signe. Comme il l’avait déjà déclaré jeudi 23 mars sur le plateau de L’Émission politique, le candidat du parti Les Républicains (LR) a assuré publiquement qu’un cabinet noir, dirigé par François Hollande, serait à l’origine de la divulgation des informations ayant conduit à sa mise en examen en pleine campagne présidentielle.

Mardi 14 mars, les juges d’instruction ont retenu plusieurs chefs d’accusation contre l’ancien Premier ministre, dans le cadre de l’affaire des emplois présumés fictifs de son épouse et de ses enfants : détournement de fonds publics, recel et complicité de détournement de fonds publics, recel et complicité d’abus de biens sociaux et manquements aux obligations déclaratives à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).

Invité le jeudi 6 avril à la matinale de France Inter, le candidat LR s’est montré particulièrement menaçant : “ceux qui sont à l’origine de cette affaire ne dormiront pas bien à l’avenir.”

“Volonté de suspicions et d’insinuations”

Contacté par Le Parisien, l’Élysée a démenti les déclarations de François Fillon (comme cela avait déjà été le cas quand ce dernier avait accusé François Hollande de diriger un cabinet noir lors de L’Émission politique).

“C’est faux, a rétorqué l’entourage de François Hollande. S’il avait la moindre preuve, il l’aurait déjà produite.”

Des proches de François Hollande ont également fait savoir qu’après les accusations de François Fillon sur l’existence d’un cabinet noir, “des collaborateurs de l’Elysée [avaient] reçu des lettres anonymes de menace de mort”. Invité au même moment sur France Info, le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a réagi aux propos de François Fillon : “On est dans cette volonté de suspicions et d’insinuations, de manière de faire de la politique qui n’est pas à la hauteur de ce que doit être un engagement politique.”

À lire -> Les séquences les plus gênantes du Fillon show dans L’Émission politique