Le PS va sanctionner les élus qui ne soutiennent pas Benoît Hamon

Le PS va sanctionner les élus qui ne soutiennent pas Benoît Hamon

photo de profil

Par Astrid Van Laer

Publié le

Invité sur Europe 1 ce vendredi 7 avril, Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste, a durci le ton à l’égard des élus du parti soutenant Emmanuel Macron et a annoncé que la commission nationale des conflits du PS avait été saisie.

À voir aussi sur Konbini

Après les défections par dizaines de membres du Parti socialiste (PS), qui rejoignent le camp d’En marche ! et d’Emmanuel Macron, favori dans la course à l’Élysée, au détriment du gagnant de la primaire de la Belle Alliance populaire, Benoît Hamon, le premier secrétaire du PS a décidé de sévir.

Jean-Christophe Cambadélis a annoncé jeudi 6 avril qu’il saisirait la commission nationale des conflits, une instance du parti chargée de s’occuper de ce genre de différends internes. Vendredi 7 avril, il était l’invité de Fabien Namias sur Europe 1, qui lui a demandé sa réaction (à partir de 3’40 sur la vidéo ci-dessous). L’ancien bras droit de Dominique Strauss-Kahn a été très clair concernant le sort des élus qui jouent double jeu, indiquant :

“Ils sont renvoyés devant la commission des conflits, comme il se doit. Je ne peux pas décider, moi tout seul, que les gens sont virés ou pas. Ça, c’est Emmanuel Macron qui décide qui est candidat, qui n’est pas candidat. Nous nous avons des procédures qui sont des procédures collectives, des procédures où il y a des gens qui sont, non pas désignés, mais élus par les militants. Et puis, après, il y a un certain nombre de statuts que nous devons respecter.”

“On ne peut pas jouer à la fois avec le PSG et Monaco”

Quant à l’ancien Premier ministre Manuel Valls, il reste plus vague, expliquant que sa situation n’avait pas encore été “dégelée”. En revanche, M. Cambadélis annonce une tolérance zéro pour tous ceux qui se présenteront aux législatives : “Tout candidat à l’élection législative signera un engagement comme quoi il siégera s’il est élu au groupe socialiste.” Les autres, ceux qui se présenteraient sous l’étiquette En marche ! alors qu’ils sont encartés au Parti socialiste, devront pour Jean-Christophe Cambadélis être exclus du PS, qui leur opposerait des candidats : “Pas de double appartenance au Parti socialiste, on ne peut pas jouer à la fois avec le PSG et Monaco, ça n’est pas possible. Eh bien, c’est pareil avec le Parti socialiste, donc toute personne qui adhère à En marche ! n’est plus membre du Parti socialiste […] ; pour que la formule soit claire : ils sont exclus. Ils auront des candidats en face d’eux, si je puis dire.”

À la suite de cette annonce, le premier secrétaire du PS a également lancé un appel intitulé “Unité et loyauté : l’appel des 100” dans lequel il tient à rappeler le vote populaire qui a désigné Benoît Hamon comme candidat, et qui, souligne-t-il doit être respecté :

” Par la primaire citoyenne, ce sont plus de deux millions de nos concitoyens qui se sont prononcés pour désigner le candidat de la gauche et des écologistes, Benoît Hamon. Cette légitimité qui dépasse le Parti socialiste, nul ne peut la nier ni la renier. C’est une légitimité démocratique qui impose la loyauté. Et qui nous engage tous.”

Chargement du twitt...