AccueilArchive

Manga-Tokyo : l’expo immersive à découvrir d’urgence à la Villette

Manga-Tokyo : l’expo immersive à découvrir d’urgence à la Villette

avatar

Par Leonard Desbrieres

Publié le

Jusqu’au 30 décembre, l’exposition Manga ↔ Tokyo nous offre une plongée saisissante dans la mégalopole japonaise. À ne pas manquer.

À voir aussi sur Konbini

Depuis juillet dernier, l’événement “Japonismes 2018” célébrant les 160 ans d’amitié franco-japonaise, nous a réservé un paquet de bonnes surprises. Un petit bout de Japon a pris ses quartiers à Paris et c’est loin d’être fini ! Jusqu’au 30 décembre, La Grande Halle de la Villette accueille l’exposition Manga ↔ Tokyo pour une plongée originale et ambitieuse dans la mégalopole japonaise à travers le cinéma, le manga et les jeux vidéo.

De la même manière que les comics n’auraient pas pu devenir le genre majeur qu’on connaît sans la toile de fond de Manhattan, le manga et l’animation japonaise ne se seraient jamais répandus comme ils le font aujourd’hui sans l’influence de la ville de Tokyo. De Godzilla en 1954 au tout récent Your Name (2016), la capitale nippone a toujours inspiré la production de la pop culture japonaise.

Comment la mégalopole a inspiré les personnages de manga, d’animation et de jeux vidéo ? Comment ces derniers la représentent-ils aux yeux du monde ? Comment ces perceptions fictionnelles ont-elles affecté et enrichi la vie réelle et métamorphosé l’environnement urbain ? Autant de questions originales qui offrent un voyage bluffant au cœur d’une ville hypnotique et d’une culture fascinante.

(© Nicolas Krief – La Villette)

À peine quelques mètres parcourus et le voyage commence. On se retrouve scotché face à l’immense réplique de la ville de Tokyo (16 mètres par 22 quand même !). Une maquette qui traduit à merveille le gigantisme et la diversité de la mégalopole, mais surtout un formidable outil d’appréhension pour le public. Des scènes et extraits de films cultes comme Godzilla ou Akira sont projetés tandis qu’une lumière vient éclairer géographiquement le lieu de l’action dans la ville. Une bonne idée et une réalisation brillante. 

Cerise sur le gâteau, en surplomb, une reproduction tout aussi géante d’un vaisseau du manga Neon Genesis Evangelion sert de point d’observation privilégié. Armé de jumelles, on peut découvrir un à un les quartiers qui composent la capitale nippone. De quoi s’occuper un petit bout de temps.

(© Nicolas Krief – La Villette)

Quand le manga est fasciné par la destruction

Après cette mise en bouche bluffante, l’exposition se découpe en trois parties. Une première section analyse l’impact des multiples destructions et reconstructions de Tokyo sur le cinéma et le manga japonais. Que ce soit à cause des caprices de dame nature ou bien d’une histoire agitée, un sentiment de danger et d’impermanence s’est installé dans l’esprit des Tokyoïtes. Grands adeptes de catharsis, les artistes japonais ont beaucoup mis en scène la destruction de leur ville avec des œuvres fondées sur une vision apocalyptique.

À travers des photos, des planches originales rares, des affiches et des produits dérivés accessoires, on découvre avec plaisir comment de grands créateurs nippons se sont amusés à détruire leur capitale. On pense bien sûr aux ravages causés par le Godzilla d’Ishiro Honda dans les nombreux films qui lui sont consacrés (en tout pas moins de 40 films dont des pépites kitchissimes comme King Kong contre Godzilla en 1962 ou encore Mechagodzilla contre-attaque en 1975). Plus violent encore, Otomo Katsuhiro fait de la destruction totale de la mégalopole et de la constitution d’un “néo-Tokyo” le point de départ de son chef-d’œuvre culte Akira.

Un voyage dans le temps à travers les œuvres phares du manga moderne

On comprend mieux la motivation qui a longtemps animé les artistes nippons : à travers la pop culture, sans cesse reconstruire ce qui avait été détruit. L’animation japonaise a ce talent incroyable de nous replonger avec nostalgie dans des pans entiers de la ville aujourd’hui disparus. C’est d’ailleurs la thématique la deuxième section, une section plus didactique, dans laquelle on explore chronologiquement l’histoire de cette ville tentaculaire, berceau de la culture japonaise.

D’abord appelée Edo jusqu’en 1868, la ville est le symbole de l’Ukiyo (le Monde Flottant), un mode de vie urbain centré avant tout sur la recherche du plaisir et symbolisée par le quartier chaud de Yoshiwara, ses geishas, ses théâtres Kabuki et bien évidemment ses samouraïs. Toute une époque dépeinte à de nombreuses reprises dans des œuvres magistrales, comme par exemple le film de Keiichi Hara, Miss Hokuzai (2015).

Planches originales des monstres sacrés que sont Osamu Tezuka et Jiro Taniguchi, illustrations du manga City Hunter (qui deviendra Nicky Larson à la télé), ou encore dessins de Mamoru Oshii, le créateur de Ghost in The Shell : l’exposition regorge de trésors. À travers eux, on explore toutes les époques : le Tokyo des années 50 en plein traumatisme de l’après Seconde Guerre mondiale, celui des années 90 et du désenchantement et le Tokyo d’aujourd’hui, ultramoderne et bouillonnant.

(© Nicolas Krief – La Villette)

Une pop culture japonaise omniprésente dans les rues de Tokyo

On termine la visite par une troisième section consacrée à la place qu’occupe le manga dans la ville de Tokyo. En effet, impossible de passer à côté de la pop culture japonaise quand on visite la mégalopole. Outre l’omniprésence des héros et des héroïnes à tous les coins de rue, comme par exemple ce Gundam géant dans le quartier d’Odaiba, c’est aussi tout le mobilier urbain qui s’inspire de l’imaginaire manga.

Les personnages de fiction se sont implantés au cœur de la ville réelle de Tokyo, que ce soit à l’intérieur des mini-marchés Konbini, dans les transports publics ou même au beau milieu de la rue. Le quartier d’Akihabara, célèbre pour ses très nombreuses boutiques d’électronique et de mangas, est le symbole de cette interaction constante entre réalité urbaine et fiction.

(© Nicolas Krief – La Villette)

L’exposition met enfin le doigt sur un phénomène fou, une preuve de plus que la vie tokyoïte est plus que jamais influencée par la pop culture qu’elle a contribué à créer. Une nouvelle forme de tourisme bouleverse le Japon depuis quelques années, un tourisme entièrement lié au succès immense du genre manga dans le monde. Un nombre incroyable d’emplacements précis de Tokyo sont devenus des lieux de pèlerinage pour les fans qui veulent absolument marcher sur les pas de leurs héros. Parmi eux, le fameux escalier du film Your Name de Makoto Shinkai qui est devenu l’un des lieux les plus visités de Tokyo aujourd’hui.

Qu’on soit passionné de manga ou simplement curieux d’en apprendre plus sur la culture japonaise, on se précipite à l’exposition Manga ↔ Tokyo dans la Grande Halle de la Villette. On sort épaté par l’ambition du projet, par son gigantisme à l’image de la mégalopole japonaise et par l’originalité avec laquelle un sujet comme le manga est décortiqué. Avec en plus un accès privilégié à des planches et des dessins originaux rarissimes. Un moment suspendu hors du temps entre réalité et virtualité, une folle invitation au voyage dans ce Tokyo foisonnant.

Manga ↔ Tokyo, jusqu’au 30 décembre, Grande Halle de la Villette. Ouverture du dimanche au jeudi de 10h à 19h, les vendredis et samedis de 10h à 20h.