Les autorités juive, musulmane et protestante appellent à voter Macron

Les autorités juive, musulmane et protestante appellent à voter Macron

photo de profil

Par Virginie Cresci

Publié le

Les représentants religieux juif, musulman et protestant demandent à leurs fidèles de voter Emmanuel Macron dans un communiqué commun.

À voir aussi sur Konbini

Le grand rabbin de France Haïm Korsia, le président du Conseil français du culte musulman Anouar Kbibech et le président de la Fédération protestante de France François Clavairoly ont appelé leurs fidèles à voter pour Emmanuel Macron. Cet appel a été diffusé dans un communiqué commun, signé par les trois dignitaires religieux.

“Profondément attachés aux principes républicains de notre devise, ‘liberté, égalité, fraternité’, comme aux valeurs universelles d’accueil, d’ouverture à l’Autre et à la solidarité, invitons les Français à se mobiliser le 7 mai prochain pour faire triompher, par la voie des urnes, la France généreuse, tolérante et ouverte sur le monde”, écrivent-ils. Selon eux, faire barrage au Front national “ne suffit plus”, il s’agit dès à présent de “créer du lien, des moments de partage” et de “rappeler, d’une même voix, les fondements humanistes” de notre pays.

Chargement du twitt...

Le silence de l’Église catholique

Ces dignitaires religieux affirment que “rien n’est supérieur à la paix et seul le vote républicain pour Emmanuel Macron garantit une France forte de toute son histoire, confiante dans son avenir et dans sa capacité à rayonner dans le monde”. Ils se qualifient comme “des citoyens responsables” dont les fonctions obligent à “la neutralité politique”.

Pourtant, aucun responsable catholique ne s’est joint à cette initiative interreligieuse. Monseigneur Georges Pontier, le président de la Conférence des évêques de France a redit ce mercredi son refus que l’Église prenne parti : “Je comprends que l’on puisse être désorienté face à la tournure qu’ont pu prendre les débats. Il faut reconnaître qu’il est difficile de se forger une opinion dans ce climat hystérisé. Mais qu’est-il plus facile : dire de voter pour tel ou tel, ou inviter à la réflexion et au discernement ?”, a-t-il déclaré mercredi 3 mai dans un entretien au journal La Croix, réaffirmant que l’Église ne donnerait aucune consigne de vote.