AccueilArchive

Report : un joyeux bordel à l’Attrape Rêve

Publié le

par Nicolas Gzeley

Report : un joyeux bordel à l’Attrape Rêve

C’est quoi la galerie L’Attrape Rêve ?

Ouverte il y a un an à l’initiative de Melissa et Paul, deux passionnés d’arts visuels issus du monde du théâtre, la galerie L’Attrape Rêve fait suite au fanzine du même nom créé en 2011. Comme le format DIY, dont la publication est actuellement en suspend, la galerie propose aux artistes d’investir le lieu.
Pour Melissa et Paul, le propos est de donner une liberté totale :

Nous présentons principalement des illustrateurs français auxquelq nous donnons carte blanche pour qu’ils s’approprient l’espace de la galerie. Les artistes ont la possibilité de peindre les murs, de réaliser des performances et de présenter leurs travaux sous la forme qui leur convient.

Et de préciser, évoquant le travail d’Alëxone :

Il y a quelques années, nous avions invité Alëxone à réaliser une illustration pour notre fanzine. Un rendez-vous manqué que nous nous devions de rattraper avec l’ouverture de la galerie. Alëxone nous a alors proposé une exposition collective en compagnie de ses partenaires de longue date : Pozla et Mokë, dont nous apprécions particulièrement le travail.
Il nous a également montré la dernière sculpture de son collègue Yomek, membre du collectif Jean Spezial, qui nous a tout de suite tapé dans l’oeil. Son grand robot au look rétro allait apporter un contraste radical aux dessins de ses trois complices. L’équipe était formée, il n’y avait plus qu’à se mettre au travail !

Le graffiti réunit

Nous avons bien entendu l’habitude de mixer nos univers sur des productions murales ou dans le cadre de diverses manifestations mais c’est la première fois que nous avons l’occasion de créer une oeuvre sous cette forme évolutive : puisque chacun d’entre nous venait présenter des travaux personnels, nous nous sommes réservés le mur principal de la galerie pour y créer une illustration collective où chacun viendrai mélanger son trait à celui des autres, sans ligne directrice ni thème particulier.

Une page blanche comme point de départ

À voir aussi sur Konbini :