L’ancienne Miss France Sonia Rolland témoigne pour mettre en garde face à une éventuelle victoire du FN

L’ancienne Miss France Sonia Rolland témoigne pour mettre en garde face à une éventuelle victoire du FN

photo de profil

Par Cyrielle Bedu

Publié le

Dans un post publié sur sa page Facebook le 30 avril, Sonia Rolland raconte les insultes et autres agressions racistes qu’elle a subies alors qu’elle était Miss France.

À voir aussi sur Konbini

C’était le 11 décembre 1999. Sonia Rolland était élue par les Français Miss France 2000 en direct sur TF1. À 18 ans, cette Miss Bourgogne était alors la première lauréate du concours à avoir des origines africaines. Une révolution bienvenue en France, à la veille du nouveau millénaire.

Près de 17 ans plus tard, alors que le Front national est au second tour de l’élection présidentielle, Sonia Rolland, aujourd’hui actrice et réalisatrice, a décidé de raconter sur sa page Facebook les moments effrayants qui ont suivi sa victoire au concours de beauté. Car bien que beaucoup de Français aient apprécié qu’une jeune femme métisse remporte cette compétition et représente la France dans la monde entier, d’autres ne s’en sont pas remis, et ont tenu à lui faire savoir par tous les moyens, comme le raconte la jeune femme, aujourd’hui âgée de 36 ans.

“Au lendemain de mon élection de Miss France, j’ai reçu plus de 2 000 lettres d’insultes et de menaces de mort venant des partisans du FN, parce que pour eux, ‘Je ne représentais pas la France’.”

“On a inscrit sur ma voiture ‘sale négresse’, sur mon paillasson, je retrouvais de la merde de chien ainsi que sur la poignée de porte de mon appartement… Dans des lettres m’étant adressées, les auteurs prenaient le temps d’y mettre de la merde (oui oui, de la vraie) en inscrivant ‘voilà ce que je vois quand je te vois à la télé… retourne dans ton pays’.”

“Nous sommes en 2017, le visage paraît plus sympathique, la communication plus soignée, le sourire accompagne les promesses de campagne plus sociales, en nous faisant croire que [Marine Le Pen] sera LA voix ‘du peuple’ (mon père ouvrier doit se retourner dans sa tombe) mais nous savons tous que le fond, les idéaux du FN et de ses partisans sont toujours aussi nauséabonds et empreints d’un sentiment de pouvoir parce qu’ils seraient plus nombreux qu’avant…”

“Alors oui on a tendance à en rire, mais moi je n’ai pas envie de rire car parmi eux il y a ceux qui subissent. Ces ouvriers, ces artisans, ces agriculteurs… ce ‘peuple’ en colère, hélas tenté… Mais c’est aussi ‘un peuple’ des HLM dans lesquels j’ai grandi à Cluny, qui n’a pas hésité à se cotiser (5000 francs) pour m’envoyer à Miss France. Le patriotisme n’est pas chasse gardée du FN. Le 7 mai j’irai voter contre Marine Lepen parce que j’aime mon pays.”