AccueilArchive

Un hôtel pour se couper d’Internet

Publié le

par Aline Cantos

Un hôtel pour se couper d’Internet

Une détox électronique

Situé à Baden-Baden, l’établissement qui offre à ses clients le luxe de la détente semble bien décidé à nager à contre-courant. À l’heure où les hôtels mettent en avant leurs points Wi-Fi afin de conquérir le client, c’est la tendance inverse qui est ici adoptée. Le parti pris semble plaire aux clients puisque le directeur du groupe qui possède le Villa Stephanie affirme qu’environ 50% d’entre eux se prêtent au jeu en désactivant la réception des signaux.
Une concentration sur l’instant présent qu’apprécie le directeur de la chaîne à en croire son jugement très critique sur l’hyperconnexion des actifs.
En témoigne son interview, accordée au Financial Times.

Ce n’est pas un signe d’intelligence de regarder constamment ses messages entrants. Ce n’est pas intelligent, c’est stupide. L’intelligence, c’est de consacrer son temps quand c’est nécessaire. L’intelligence c’est de lire les choses d’une manière profonde.

Une condamnation de cette ère où le multitasking est roi et où la capacité d’attention des gens baisse à vue d’œil, comme en témoigne une récente enquête démontrant que l’humain actuel a désormais une capacité de concentration inférieure à celle d’un poisson rouge, bien qu’il compense par de nouvelles facultés, dont celle de gérer plusieurs tâches à la fois.
La position du Villa Stephanie n’est cependant pas isolée puisque nombre d’autres initiatives ont lancé la tendance du “digital detox” afin de commencer à prendre le contrôle de la consommation électronique. Le journaliste Thierry Crouzet a d’ailleurs publié le compte rendu de sa désintoxication, racontant être épuisé par les nouvelles technologies.