AccueilArchive

L’histoire prouve que le mur voulu par Trump est voué à l’échec

Publié le

par Konbini Staff

L’histoire prouve que le mur voulu par Trump est voué à l’échec

Le candidat républicain à l’élection présidentielle américaine avait déclaré en 2015 vouloir ériger un mur entre les États-Unis et le Mexique. L’histoire montre que ce n’est pas une bonne idée.

Le philosophe américain George Santayana a dit un jour : “Ceux qui ne se souviennent pas du passé sont condamnés à le répéter.” Une façon éloquente de dire “ce n’est même pas la peine d’essayer”. En dépit de tous les avertissements donnés par l’histoire, les humains sont provocateurs et bornés, ils font ce qu’ils veulent. Parfois, ils poussent la bravade jusqu’à déclarer qu’ils vont construire un mur le long de la frontière de leur pays, et que c’est le pays voisin qui va payer la construction.

(© GIPHY)

Alors que la campagne présidentielle de Donald Trump a été ponctuée régulièrement de propositions ubuesques et risibles, la plus ridicule de loin est celle de la construction d’un mur à la frontière des États-Unis et du Mexique pour endiguer l’immigration illégale.

Cela dit, le candidat républicain n’est pas le premier à croire que les murs sont un bon moyen d’éviter les conflits. Un empereur chinois et les communistes allemands y ont pensé avant lui. Deux tentatives coûteuses et d’envergure qui ont échoué.

La Grande Muraille de Chine

Il était une fois un type qu’on appelait l’empereur Qin Shi Huang. Environ trois siècles avant Jésus-Christ, il a réalisé qu’il avait un léger problème : les barbares nomades. D’accord, un problème pas si léger… Ce groupe de barbares nomades ne cessait d’envahir l’empire chinois, et Qin Shi Huang a donc décidé de construire un mur pour les en empêcher.

Seulement, peu de temps après sa mort, plusieurs tribus ont pris le contrôle des frontières nord de la Chine. Dans la foulée, le fameux chef mongol Genghis Khan conquit la Chine, ainsi qu’une partie de l’Asie et de l’Europe. Une fois que Gengis Khan eut étendu son territoire, la grande muraille ne lui a plus été d’une grande utilité.

Désolé, empereur Qin Shi Huang, cette grande idée s’est avérée être une complète perte de temps et d’argent, car la Grande Muraille n’a pas réussi à maintenir les ennemis hors du territoire chinois.

Le mur de Berlin

Le mur de Berlin, érigé en 1961, par la République démocratique allemande (RDA) avait pour but d’empêcher la fuite massive de la population vers l’Allemagne de l’Ouest. Et si les communistes ont prétendu qu’il était là pour empêcher la propagation du fascisme, l’histoire a démontré que c’était un prétexte fallacieux.

Comme on peut l’imaginer, l’entreprise a là aussi été coûteuse. Non seulement à cause des clôtures électriques, mais aussi du fait du grand nombre de gardes postés à chaque tour de contrôle. S’il a malheureusement fait une centaine de victimes, le mur n’a cependant pas empêché des milliers de personnes de le traverser en passant par-dessous ou par-dessus, notamment grâce à des ballons à air chaud.

Alors que la guerre froide touchait à sa fin, et que l’Union soviétique, de plus en plus affaiblie n’allait pas tarder à disparaître, le mur est tombé le 9 novembre 1989. Depuis, l’histoire a eu tendance à se répéter. Et il n’y pas de raison que le mur voulu par Donald Trump fasse exception.

Traduit de l’anglais par Sophie Janinet

À voir aussi sur Konbini :