Henri Emmanuelli, ténor du Parti socialiste, est mort

Henri Emmanuelli, ténor du Parti socialiste, est mort

photo de profil

Par Virginie Cresci

Publié le

La gauche du PS, “ce parc à moutons en coma profond”

Même si Henri Emmanuelli était un ancien de la Compagnie financière de Banque d’Edmond de Rothschild, “il se voulait le gardien de la gauche du PS”, comme l’affirme ce mardi le journal Le Monde. Mitterrandiste historique, Henri Emmanuelli a toujours tenu ses positions à la gauche de son parti, affichant sans détour son hostilité aux thèses “sociales-libérales”.

Il a d’ailleurs travaillé aux côtés de Jean-Luc Mélenchon lorsque ce dernier était encore membre du PS, au sein du courant Nouveau Monde que les deux hommes avaient fondé après l’échec de la gauche au premier tour de l’élection présidentielle de 2002. Il a ensuite rejoint Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, et Benoît Hamon au sein du Nouveau Parti socialiste (NPS).

En 2005, il avait milité pour le non au référendum sur le traité constitutionnel européen. Lors de l’investiture de François Hollande aux primaires citoyennes de 2012, il avait mis en garde l’actuel président de la République contre la rigueur qu’il prônait. En 2014, il avait qualifié le PS de “parc à moutons en coma profond” et s’était abstenu lors du vote de confiance au Premier ministre Manuel Valls.

Un mentor de Benoît Hamon

Henri Emmanuelli était pour Benoît Hamon, qui défendra les couleurs socialistes dans la prochaine élection présidentielle, un mentor. Pendant la primaire de la gauche, M. Emmanuelli avait apporté son soutien à Benoît Hamon, le jugeant “plus à gauche” que les autres candidats. Lors de son meeting dimanche dernier à Bercy, le candidat socialiste l’avait d’ailleurs encore cité comme étant l’un de ses modèles politiques.

Il a réagi ce mardi matin alors qu’il était en déplacement à Bruxelles pour rencontrer Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne. C’est très ému que Benoît Hamon a pris la parole, déclarant à la presse qu’il était “très dur pour [lui] d’en parler” :

“Il était très malade, je lui ai parlé au téléphone encore récemment. Il a eu un rôle extrêmement important pour moi, pour ce que je suis. Je lui dois beaucoup, il était plus âgé que moi, mais il était pour moi comme un frère, une âme sœur.”

À voir aussi sur Konbini