AccueilArchive

“Le Hellfest est désormais une marque, avec ses propres valeurs”

Publié le

par Théo Chapuis

“Le Hellfest est désormais une marque, avec ses propres valeurs”

La légende Iron Maiden

Marque, valeurs, communauté

Le fan-club payant : un carton

“Après le principe du forum, nous avons mis en place Hellfest Cult pour animer notre communauté”. Lancée début novembre 2013, la plateforme se veut un fan club participatif… mais payant. Comptez 30€ par an. Néanmoins, avec des fans aussi dévoués que ceux de la fête de l’enfer de Clisson, ça fonctionne : “nous avons totalisé un millier de membres en un mois”, explique, pas peu fier, Yoann Le Nevé qui en parle comme d’un “carton”.
Preuve que le Hellfest sait soigner sa communauté, faire partie du Cult, c’est la garantie d’être chouchouté lors des trois jours de festivités. Assister à des concerts depuis la scène, découvrir les coulisses en visite guidée, accéder aux accès VIP (réservés aux artistes et aux journalistes), profiter de places de parking privées… De quoi satisfaire le quidam avec des avantages agréables… et peu chers pour la trésorerie du fest’. “Nous avons tenté quelque chose de nouveau, quelque chose qui marche grâce à la communauté que nous avons la chance d’avoir derrière nous, celle qui voue un véritable culte au festival”. 

À voir aussi sur Konbini

“On s’est bien fait baiser !”

C’est indéniable : le festival initialement créé par Yoann Le Nevé et Ben Barbaud est aujourd’hui suivi d’une cohorte de fans indéfectibles. On a pu s’en rendre compte avec l’engouement qu’a suscité une pétition demandant des excuses à M6 après un reportage de Zone Interdite sur les métalleux… et le Hellfest.
“Drogués”, “alcooliques”, “zombies”, “satanistes”… voilà quelques termes qui définissaient les festivaliers dans le sujet. Résultat : 56 000 signataires faisaient savoir leur mécontentement à la chaîne de Nicolas de Tavernost en 2013. Yoann Le Nevé revient sur cet épisode en des termes crus, mais sincères :

On s’est bien fait baiser, sur ce reportage. En plus, il faut savoir que leurs images ont été tournées sur deux éditions, en 2012 et 2013. Aucune mention n’en est faite dans leur sujet. Bon, aujourd’hui, on passe au-dessus de ça. M6 fait du sensationnalisme, pas du journalisme et les métalleux le savent désormais très bien. Ce n’est pas grave. M6 et le Hellfest n’ont pas le même public.

Des faits aujourd’hui oubliés et pourtant, le festival de Clisson refuse désormais les accréditations à ces médias que Le Nevé qualifie de “torchons”. Visés : M6, W9, TF1 entre autres. Les organisateurs ouvriront cependant leurs portes à France Télévisions, D17… ou encore Canal+ qui a pour habitude de couvrir le festival avec Le Petit Journal, un exercice de style bien connu de la communauté :“Quand Canal+ se moque, c’est un peu relou. Mais au moins, ça donne un côté grand public et sympathique au festival”, explique Le Nevé.
Populaire, sympathique… bientôt à la mode ? Alors que des voix anxieuses bruissent d’un metal de plus en plus mainstream, car porté par la vague des médias indépendants, Yoann Le Nevé n’y croit pas… du moins pas vraiment. “Il y a un metal à la mode porté par des médias comme Noisey ou bien Pitchfork. Mais ce n’est pas une tendance générale, c’est plutôt un outil de différenciation face à d’autres médias pour témoigner d’un amour pour la musique pointue, peut-être.”
Quoi qu’il en soit, l’organisateur le reconnaît : c’est bon de voir sa passion reconnue. Mais pitié, pas par M6.
[iframe width=”807″ height=”454″ src=”//www.youtube.com/embed/fZLv2G0Hhn4″ frameborder=”0″ allowfullscreen> ]