Turquie : des milliers d’internautes disent “ça suffit” à Erdogan

Turquie : des milliers d’internautes disent “ça suffit” à Erdogan

Image :

@zeynoce_cel via Twitter

photo de profil

Par Laura Bartoux

Publié le

Le mardi 8 mai, Recep Tayyip Erdogan a déclaré dans un discours que si un jour la nation turque lui disait “ça suffit”, il quitterait le pouvoir. Le président turc aurait dû peser ses mots.

À voir aussi sur Konbini

Après déjà 15 ans de pouvoir, Recep Tayyip Erdogan est bien parti pour se faire réélire président en juin prochain. C’est probablement pour cela qu’il a involontairement tendu une perche à ses opposants le 8 mai, durant un discours devant les députés de son parti politique :

“C’est ma nation qui m’a porté à la tête de la mairie d’Istanbul, de l’AKP, du gouvernement et de la présidence. Si, un jour, ma nation me disait ‘ça suffit’, alors je me mettrais sur le côté.”

Des milliers d’internautes turcs ont alors laissé éclater leur ras-le-bol du président Erdogan sur Twitter, avec le hashtag “#Tamam”, qui veut dire “ça suffit” en turc. L’expression a été partagée dans plus de 450 000 tweets.

Deux ans après une tentative de coup d’État et les répressions qui ont suivi, la mobilisation contre le pouvoir s’est faite sur le réseau social. Cette fronde numérique intervient quelques semaines avant l’élection présidentielle du 24 juin – un scrutin important marqué par des projets de mesures qui renforceront les pouvoirs du chef de l’État.

Le hashtag est devenu viral et même des candidats à l’élection présidentielle ont rejoint le mouvement sur Twitter : “Vakit taman” (“C’est l’heure”) pour Muharrem Ince, le principal opposant d’Erdogan, “Taman Inchallah” (“Ça suffit, si Dieu le veut”) pour l’islamiste Temel Karamollaoglu, ou encore simplement “TAMAN” pour Meral Aksener.

La population est fortement divisée, entre ceux qui adulent le président Erdogan et ceux qui le détestent. Alors que la majorité des médias du pays sont sous l’influence de l’État et que les manifestations sont sévèrement réprimandées, l’opposition s’est tournée vers les réseaux sociaux pour faire passer ses messages.